Culture, Vie de quartier
Estrade
Un trio d’urbanistes s’est donné pour mission de redorer l’image des chantiers à Montréal. De gauche à droite : Marc-André Fortin, Katya Saulnier Jutras et Valentine About (photo : Claudia Vachon)

Redessiner les chantiers

Réconcilier les Montréalais avec les chantiers de construction semble être de l’ordre de l’impossible. Pourtant, c’est le pari audacieux que s’est lancé un trio d’urbanistes.

« Par définition, un chantier n’est pas quelque chose d’attrayant ; notre but n’est pas nécessairement d’y attirer un maximum de passants, mais on veut que les gens obligés de côtoyer le chantier aient l’expérience la moins désagréable possible », lance Katya Saulnier Jutras.

Avec ses deux acolytes, Marc-André Fortin et Valentine About, elle a cofondé en novembre dernier L’Estrade, une coopérative de travail spécialisée dans l’animation et l’embellissement des chantiers urbains au Québec.

Rencontré sur la Grande Terrasse Rouge – une installation aménagée sur la rue Saint-Denis pour minimiser les impacts des travaux légers et préparatoires au chantier de l’an prochain – le trio insiste sur l’importance de renverser la tendance actuelle, en commençant par s’inspirer des nouvelles façons de faire les chantiers ailleurs dans le monde.

À Copenhague, la Ville a fait appel à un grand concours d’artistes pour décorer les palissades entourant les travaux d’une nouvelle ligne de métro, raconte Valentine About qui souhaite s’inspirer de la capitale danoise – qu’elle a visitée cet été – pour donner au chantier une dimension de jeu.

« Comme le chantier n’est là que pour une courte période de temps, c’est l’occasion de proposer un projet inattendu qui n’aurait pas lieu d’être en temps normal », insiste-t-elle.

De l’avis des trois urbanistes, pour redorer l’image de ces sites mal-aimés, il faut vendre du rêve. Les chantiers doivent susciter l’imagination pour permettre aux citoyens de voir au-delà… des chantiers.

Bris de confiance

« Les Montréalais se plaignent beaucoup et à bien des égards, ils ont raison, constate Marc-André Fortin. Le passé nous a malheureusement montré que les chantiers ne sont pas tous bien gérés ».

Il n’y a qu’à penser au fiasco du chantier sur le boulevard Saint-Laurent, en 2007, alors que les responsables avaient mal coordonné les travaux d’aqueduc avec ceux de Gaz Métro, entre autres. Assez pour espérer que les travaux qui seront effectués sur la rue Saint-Denis ne se transforment pas à leur tour en une série de cafouillages.

« L’animation et l’embellissement d’un chantier ont un effet collatéral intéressant : en braquant les projecteurs sur une zone de travaux, n’importe quelle erreur de gestion devient évidente », précise Marc-André Fortin.

L’Estrade mise d’ailleurs sur la transparence des chantiers pour atténuer toutes les nuisances qui y sont rattachées. « C’est le pari qu’on fait, dit Katya Saulnier Jutras. Plus les Montréalais seront informés sur les travaux, plus ils seront patients et conciliants».

Mesures d’atténuation

Mandaté par la société de développement commercial Pignons rue Saint-Denis, le trio s’affaire depuis début août à préparer le terrain et à organiser une panoplie d’activités sur la Grande Terrasse Rouge.

« Soyons honnêtes : on les connaît les effets de chantiers sur les artères commerciales de Montréal, avance Katya Saulnier Jutras. C’est souvent une période très difficile pour les commerçants et dans le cas des travaux qui seront effectués sur la rue Saint-Denis, on a décidé d’être proactif et de chercher des solutions avant même que les problèmes surviennent ».

Projections de films, spectacles gratuits, soirée de bingo, rien n’est trop beau pour attirer les Montréalais sur l’artère commerciale et préparer l’intégration du chantier dans le paysage du quartier. « Notre principale préoccupation, c’est que la rue soit attractive, mais si la vitalisation d’un espace urbain en vient à avoir des retombées positives pour les commerçants, c’est tant mieux », conclut-elle.


Pour connaître toute la programmation de la Grande Terrasse Rouge, c’est ici.

L’architecte Jean Beaudoin a été mandaté par la Ville de Montréal pour concevoir les aménagements de la Grande Terrasse Rouge et du chantier jusqu’à la réouverture de la rue St-Denis.

Les travaux sur la rue St-Denis s’échelonneront de septembre 2015 à novembre 2016 et se dérouleront en quatre phases.  Pour tous les détails sur les travaux, c’est ici.

Vos commentaires
Lire plus d'articles de la catégorie Culture