Publicité

La face cachée des fonds éthiques ou socialement responsables (2 de 2)

Économie, Environnement
Les sables bitumineux de l'Arthabasca
Les sables bitumineux de l’Arthabasca. (Photo: Institut Pembina)

Les paradoxes et contradictions abondent dans les fonds éthiques ou socialement responsables.

Voici quatre exemples de l’élasticité des valeurs des fonds éthiques ou verts:

1- Si vous ouvrez les états financiers du fonds Environnement Desjardins (Sociéterre) à la page 183, vous constaterez avec effroi qu’il a des parts d’ARC Resources, Enbridge et de la pétrolière Suncor, exploitante de sables bitumineux de l’Arthabasca. Mais ce n’est pas tout, le magazine Protégez-Vous parle d’écoblanchiment à propos de ce fonds « vert », qui a aussi des actions de minières, dont certaines pratiques fort discutables, comme Goldcorp, impliquée dans des scandales environnementaux, notamment au Guatemala, comme l’a rapporté le réseau CTV en 2010. Mais là où on peut tomber à la renverse, c’est en constatant qu’il contient pour près de 13 millions de dollars dans les vêtements Gildan. Cette entreprise fut régulièrement dénoncée d’abord pour avoir fermé ses installations canadiennes, avoir construit des villages-usines en Amérique-Centrale et avoir traité ses employés comme du bétail, selon des informations rapportées par le Globe & Mail. Ce n’est pas tout. Dès qu’il en a eu la chance, le fondateur Glenn Chamandy a transféré une grande part de ses revenus à sa filiale de la Barbade et ne répond plus aux questions de Revenu Canada, selon le Journal de Montréal, sur de mystérieux transferts aux Bahamas. Qui, comme par hasard est un paradis fiscal notoire. Vous trouvez ça cool d’investir dans un fonds dit « Socialement responsable » dont le big boss d’un des titres sous-jascents cache ses profits à la Barbade sans payer sa juste part à la société québécoise ? Moi non plus.

2- Le Fonds de la FTQ se définit lui-même comme éthique. Pourtant, dans ses actifs (qu’on peut télécharger ici), on trouve facilement des titres qui ont fait les manchettes pour pratiques discutables. Dont JP Morgan Chase, accusée de manipulations sur le marché des changes, et qui a payé une amende de 166 millions $US en juillet pour pratiques de collection de dette inacceptables, Google et Starbuckqui camouflent leurs profits (selon l’OCDE, comme le rapportait Le Devoir l’an dernier). Et même TransCanada, qui a payé un de ses lobbyistes, qui était aussi un stratège libéral proche de Justin Trudeau, en pleine campagne électorale, pour mieux faire accepter ses projets de pipeline. Avez-vous dit ÉTHIQUE?

3- Le fonds mensuel de dividendes et de revenu Meritas déborde de mines, de pétrole de sables bitumineux. Il contient aussi de bonnes sociétés, mais dont les administrateurs reçoivent ou ont reçu des traitements de pacha: William Doyle, le président de Potash, a obtenu 320 millions en primes, bonus et salaire UNIQUEMENT pour 2007. Juste avant la débâcle de 2008, le chanceux! Trouvez-vous ça TRÈS éthique ou socialement responsable?

4- Un des plus vieux fonds Éthiques au Canada, le fonds SUMMA série C du groupe Investors, a été crée en 1987. Dans les prospectus et document publicitaires, on dit que ce fonds ne touchera pas aux sociétés liées à l’alcool, au tabac, aux jeux de hasard et à l’armement. On encourage les sociétés «progressistes» au niveau droits humains, de la saine gouvernance, de l’environnement…

Côté rendement, ça ne fonctionne pas, mais pas du tout. Sur 10 ans, il a dégagé 0,87% annualisé contre 4,04% pour la moyenne des fonds communs canadiens, et 7,95% pour l’indice de la Bourse de Toronto. Il faut dire que son frais de gestion gourmand, de 2,88%, l’affecte solidement. J’ai calculé qu’en 10 ans dans le fonds Summa, un investisseur qui y aurait placé 100 000$ a gagné 9 156$ mais a dû payer 32 834$ en frais. Investors a donc fait 259% de plus que l’épargnant, qui a fourni les capitaux dans un fonds supposément éthique. Oups! En passant, dans les principaux actifs du fonds Summa, on trouve Power Corp. Est-ce «éthique» d’inclure des actions de sa propre société mère dans un fonds qui privilégie la saine gouvernance?

Mais comment investir selon ses valeurs?

L’AMF devrait introduire un questionnaire SPÉCIFIQUE à cette industrie qui, selon moi, trompe le public, mise sur son image avant d’être imputable. Il est même temps que des cabinet d’avocats spécialisés en recours collectifs s’intéressent à ces fausses promesses.

Les investisseurs ont RAREMENT ce qu’ils souhaitent! Je crois que c’est compliqué pour rien. Le marché punit rapidement les entreprises délinquantes. Il y a les lois et règles de chaque pays et surtout la loi impitoyable du marché et l’impact médiatique.

Les gestionnaires institutionnels et de fonds communs n’apprécient jamais les sociétés aux moeurs douteuses, exposées à des scandales ou sous enquête par les médias. Ça cause beaucoup de dommage aux actions. Je fais davantage confiance aux excellents gestionnaires de fonds communs, qui n’ont pas besoin de l’étiquette «éthique» pour rendre des comptes. À long terme, les sociétés performantes sont souvent les mieux gérées: pas besoin de mettre des logos bidon!

Au départ, je crois que l’intention de ces fonds était louable. Mais l’appât du gain rapide à créé des assouplissements dans les normes et celles-ci sont devenues tellement poreuses que c’est devenu une farce!

Ceux qui ont des besoins et des désirs d’investissement éthiques doivent d’abord définir leurs propres valeurs, choisir leurs critères personnels d’exclusions ou principes directeurs, et éplucher les états financiers des fonds intéressants ou de titres individuels.

Pour ceux qui ont des normes éthiques très strictes: achetez des obligations d’épargne de la Suède, des fonds d’énergie renouvelable comme le PowerShares Énergie Propre, des actions de compagnies de panneau solaire et d’éoliennes, de sociétés reconnues pour leurs activités philanthropiques et donnez à Developpement et Paix, Oxfam ou Refuge des jeunes de Montréal.

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires
loading...