Publicité

Le Plateau mise sur la culture

Culture
maison de la culture
Dès 2016, la Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal pourrait se décliner en plusieurs lieux. L’arrondissement ne souhaite pas nécessairement que toutes ses activités culturelles soient regroupées au même endroit, indique Christine Gosselin, conseillère responsable du dossier de la culture (photo : Zvi Leve)

Après plusieurs mois de consultation auprès des artistes et des travailleurs culturels, l’arrondissement a dévoilé les grandes lignes de ses plans de développement et d’action mercredi dernier à la Sala Rossa.

La créativité fait partie du tissu social du Plateau, mais elle est loin d’être tenue pour acquise, promet Christine Gosselin, conseillère responsable du dossier de la culture.

« Il ne faut pas se contenter d’inclure une dimension culturelle à la fin d’un projet comme on ajouterait un brin de persil sur un steak, illustre-t-elle. Pour les années à venir, l’arrondissement va s’assurer d’intégrer la culture dès le départ en prévoyant des aménagements en conséquence ».

C’est d’ailleurs le cas dans le réaménagement de la rue Prince-Arthur, où les deux propositions retenues comprennent l’installation d’une scène amovible sur la fontaine pour offrir un espace aux artistes de rue. La culture est ainsi appelée à sortir des cadres traditionnels et à s’immiscer dans la vie quotidienne.

Les grands projets du plan d’action

Dès l’an prochain, plusieurs initiatives pourraient voir le jour, à commencer par l’implantation d’une ou deux micro-bibliothèques en libre partage et l’élaboration d’une maison de la culture multipolaire qui se déclinerait en plusieurs lieux.

« Comme on ne veut pas nécessairement que toutes nos activités culturelles soient regroupées au même endroit, l’arrondissement va proposer certains de ses locaux à des institutions culturelles du Plateau-Mont-Royal », explique la conseillère.

Le principe est simple : plusieurs organismes culturels qui n’ont pas les moyens de s’offrir un espace de diffusion pourront s’installer dans des locaux comme ceux du Bain Saint-Michel ou de la caserne 26. En échange, ils devront représenter l’arrondissement et initier les citoyens à la culture.

« Pour le projet du Bain Saint-Michel, on envisage même un partenariat de cogestion comme c’est le cas avec le Champ des Possibles », précise-t-elle, faisant référence à l’ancienne friche industrielle aujourd’hui autogérée par des citoyens.

En parallèle, l’arrondissement profitera aussi des travaux de rénovation de la STM à la station Mont-Royal pour réaménager la place Gérald-Godin et y inclure des infrastructures pour accueillir des activités culturelles.

Un engagement qui n’est pas nouveau

En 2013, le Plateau-Mont-Royal a commandé un diagnostic de la dynamique culturelle sur son territoire et les résultats ont permis d’illustrer que sa signature particulière repose sur la forte présence d’artistes et de travailleurs du milieu.

Une année plus tôt, Christine Gosselin et son équipe ont d’ailleurs adopté une série de changements règlementaires pour défendre les artistes du Mile End. L’arrondissement s’est servi de ses pouvoirs de zonage pour amener le nouveau propriétaire d’une mégastructure à réserver des étages pour des ateliers d’artistes, se remémore-t-elle.

Plus récemment, la crise qui entourait le Divan Orange a aussi encouragé l’arrondissement à s’impliquer financièrement.

« Des citoyens et des artistes de l’industrie musicale nous ont fait comprendre que ce qui se produisait au Divan Orange, c’était de la vraie culture, indique la conseillère. On a donc élaboré un partenariat pour leur permettre non seulement de régler leurs problèmes d’insonorisation, mais aussi de devenir un acteur culturel de premier plan à Montréal ».

(À lire aussi : Le Divan Orange et la précarité du secteur de la musique émergente)

La culture au temps de l’austérité

Même si son équipe ne souffre pas directement des mesures d’austérité, Christine Gosselin confesse que les effets se font ressentir dans la communauté artistique. Elle déplore le fait que les artistes ont plus de difficulté à se trouver des sources de financement qu’avant.

« Malgré tout ça, on va aider le milieu artistique à résister, rassure-t-elle. L’arrondissement prend l’engagement de continuer à faire honneur à la richesse culturelle qui caractérise le Plateau ».


Pour consulter les plans de développement culturel et d’action culturelle du Plateau- Mont-Royal, c’est ici.

Vos commentaires
loading...