Publicité

Manger local à l’année? C’est possible!

Économie, Vie de quartier
Des cochons mangent dans un enclos.
Plusieurs fermes autour de la région métropolitaine se regroupent pour offrir des paniers d’hiver. (photo : Simon Van Vliet)

Le collectif des « Bio Locaux », qui regroupe 25 fermes biologiques locales situées autour de Montréal, offrira une centaine de paniers d’hiver sur le Plateau.

« Il y a déjà des “fermiers de famille” qui sont présents », explique Judith Colombo, agronome et gérante du Projet Paniers d’hiver de la Coopérative pour agriculture de proximité écologique (CAPÉ). Bien implantée à Montréal, l’agriculture soutenue par la communauté permet à des producteurs maraîchers locaux d’acheminer des fruits et légumes (souvent biologiques) directement aux ménages qui achètent à l’avance une série de paniers livrés tout au long de la saison des récoltes.

À l’arrivée de l’automne, de nombreuses familles qui comptent sur cette formule pour s’approvisionner en produits locaux sont forcées de se tourner vers des produits de l’agriculture industrielle qui proviennent bien souvent de l’autre bout du globe. Avec les paniers d’hiver, des centaines de « biolacavores » pourront désormais continuer à manger des fruits et légumes biologiques frais et 100 % locaux.

Grâce à ce projet de la CAPÉ, 1 000 ménages montréalais pourront avoir accès à une offre d’agriculture de proximité à longueur d’année. Les petits producteurs locaux pourront quant à eux étendre leur saison de distribution sans avoir à assumer seuls les coûts d’entreposage et de livraison.

« Il y a beaucoup d’obstacles pour qu’un producteur prenne ça en main », explique Judith Colombo. À travers la CAPÉ, différents producteurs mettent en commun leurs récoltes et collaborent avec des OBNL comme Équiterre et Bonne boîte, Bonne bouffe pour faciliter la logistique et le marketing.

La distribution se fera quant à elle dans des points de livraison au sein d’organismes communautaires ou d’économie sociale, comme le Santropol roulant ou le Centre du Plateau.

Contrairement aux produits bio vendus en épicerie, les fruits et légumes distribués en circuit court (sans intermédiaire) sont relativement bon marché. « Une variété de plus de 25 fruits et légumes se retrouveront dans les paniers, livrés aux deux semaines tout l’hiver, en deux formats pratiques, soit le petit panier à 22 $ et le gros à 35 $ », explique la coordonnatrice de la CAPÉ, Christine Gingras.

Vos commentaires
loading...