Publicité

Les 65 parcs du Plateau (7 de 7)

Culture, Environnement, Histoire
Thérèse Daviau et Jean Doré, ex-maire de Montréal, au Square Saint-Louis
Thérèse Daviau et Jean Doré, ex-maire de Montréal, au Square Saiont-Louis. (Photo: Archives du RCM)

L’arrondissement du Plateau Mont-Royal compte 65 parcs et places publiques. D’où viennent leurs noms?

Le Plateau compte deux des parcs les plus célèbres et courus de la métropole: le parc Lafontaine, qui fait partie du réseau des grands parcs de Montréal, et le Carré Saint-Louis. L’arrondissement est bordé par un autre parc célèbre, celui du Mont-Royal, et son extension sur le territoire du Plateau, le parc Jeanne-Mance. Un autre espace vert vénérable se trouve sur son territoire: le parc Laurier. La place Roy et le Champ des possibles ont également atteint une grande notoriété ces dernières années.

Le Plateau a toujours eu le coeur politique à gauche et abrité de nombreux artistes. La toponymie de ses parcs reflète pleinement cette réalité. On vous révèle l’origine du nom de tous les parcs, en ordre alphabétique, en sept volets.

60- Thérèse-Daviau (rue Roy, entre Berri et Rivard) 1186 m2

Ce parc fut baptisé en l’honneur de Thérèse Daviau (1945-2002), politicienne élue sous la bannière du Rassemblement  des citoyens de Montréal (RCM) de Jean Doré en 1974 et en 1986. Elle sera parmi les trois premières femmes de l’histoire à siéger au conseil de ville de Montréal. Elle siège au comité exécutif de 1990 à 1994, responsable d’importants dossiers (incendies, sports et loisirs, lutte contre le racisme et contre la prolifération des armes nucléaires). Elle fut brièvement chef du RCM. Suite à la tuerie de l’École Polytechnique, où sa fille fait partie des 14 victimes, Thérèse Daviau milite activement pour le resserrement des armes à feu au Canada. Elle fut vice-présidente de la Fondation des victimes du 6 décembre contre la violence. Depuis 2004, la Ville de Montréal décerne un prix en son honneur à une personne qui contribue à améliorer la vie sociale et politique de la métropole. 

61- Toto-Bissainthe (Angle Hutchison et Van-Horne) 1044 m2

Ce parc situé à la limite nord-ouest du Mile-End et du Plateau fut baptisé en l’honneur de Toto (Marie-Clothilde) Bissainthe (1934-1994), chanteuse, compositrice et actrice importante de la culture haïtienne. Co-fondatrice de la compagnie de théâtre Griot, en 1956, elle connaît la gloire en 1973 avec le spectacle «La Vielle Grille» présenté à Paris. Elle a vécu une trentaine d’années d’exil en France, multipliant les tournées mondiales avec sa musique unique faite d’arrangaments traditionnels et modernes, racontant la vie difficile des Haïtiens pauvres. Au départ du dicateur Jean-Claude Duvalier, en 1986, elle retourne en Haïti, mais elle sera désabusée par les crises politiques qui ravagent ce pays à répétition.

62- University Settlement (rue Clark, entre Printe-Arthur et Milton) 841 m2

Ce petit espace vert rappelle le centre multiethnique du même nom, situé tout près, rue Saint-Urbain. Ce centre a mis sur pied la première coopérative d’habitation du Plateau, une coopérative d’achats de groupe, une bibliothèque de quartier, le premier jardin sur un toit d’immeuble à Montréal, dans les années 1960. Le University Settlement of Montréal fut une société philanthropique créée en 1912 par James A. Dale, professeur à l’université McGill, ainsi que des membres de la communauté anglophone de Montréal, dédiée à l’éducation populaire des pauvres de Milton-Park et à l’étude des problèmes de vie urbaine. L’organisme fut créé dans la mouvance du Settlement Movement à la fin du XIXe siècle. Au début des années 1970, les membres de cet organisme se sont battus contre des promoteurs immobiliers (manifestations, occupation d’immeubles, procès) pour éviter que le quartier de Milton Park ne soit rasé pour faire place à une dizaine de tours du complexe La Cité. En 1977, les promoteurs, qui avaient déjà bâti trois tours, lancent la serviette, ce qui permit la création du plus vaste complexe de coopératives d’habitations au pays à partir des immeubles rénovés qui étaient destinés à la démolition. À la fin des années 1980, plus de 600 logements répartis dans 135 immeubles furent convertis en coopératives, au coût de 30,7 M$. Dimitri Roussopoulos fut un des présidents du University Settlement dans les années 1960.

63- place Urbain-Baudreau-Graveline (Cherrier, Amherst, Sherbrooke) 2500 m2

Classé comme espace de voirie, ce petit espace vert est une expansion un sud de la rue Cherrier du parc La Fontaine. Il rappelle Urbain Baudreau dit Graveline (1631?-1695), fait partie de la centaine de colons que Chomedey de Maisonneuve recrute en 1653. Milicien de la Sainte-Famille, il possède de vastes terres à l’extérieur de la ville, ainsi que deux lots Notre-Dame près de la place Bonsecours. Il fut procureur-syndic de Montréal entre 1663 et 1666. Il épouse Mathurine Juillet en 1664 à Montréal. Son fils Gabriel ira s’établir en Louisiane en 1708, sa fille marie sera marié à Pierre Ducharme, massacré par les Iroquois en 1691.

64- place Valentin-Jautard (d’iberville, Frontenac, avenue du Mont-Royal)

Situé dans le Plateau-Est, ce petit espace vert fut baptisé en l’honneur du Français Valentin Jautard (1738-1787), avocat, rédacteur, journaliste, critique littéraire et vulgarisateur scientifique, il se marie à la Nouvelle-Orélans en 1759 avec madeleine Fourreau dit Lariche. Puis, en 1765, il achète les biens de la mission de la Sainte-Famille des Tamarois de Cahokia, à East St Louis, dans l’État d’Illinois en 1765. En 1768, il émigre au Québec. Épris de liberté, il accueille avec chaleur l’armée américaine qui envahit Montréal en novembre 1775, par ces mots: «Nos chaînes sont brisées, la bienheureuse liberté nous est restaurée» (traduction libre). Il traduira d’ailleurs une lettre de George Washington à l’intention des Canadiens Français, les enjoignant à faire partie de la révolution américaine. Il rencontre alors l’imprimeur Fleury Mesplet qui accompagne la délégation diplomatique. Ce dernier s’installe à Montréal pour fonder, en 1778, La Gazette du commerce et littéraire, l’ancêtre du journal The Gazette, deuxième plus ancien journal en Amérique du Nord (le premier étant The Quebec Chronicle Telegraph, fondé en 1764 et toujours publié à Québec). Lorsque l’armée quitte la ville, Jautard, provocateur, joue le rôle de rédacteur en chef, écrivant souvent sous le psudonyme du Spectateur. Jautard et Mesplet sont emprisonnés du 2 juin 1779 au 23 août 1782 pour leurs opinions anticléricales (Jautard est admirateur de Voltaire et de la Révolution Française). En 1779, il se fait interdir l’accès aux tribunaux parce qu’il a osé critiquer le travail des juges. En 1785, il traduit les articles français de la Gazette dans la langue de Shakespear, ce qui consacre le virage du journal vers la communauté anglophone de Montréal. En 1783, démoralisé et diminué physiquement, à 45 ans, il marie une riche veuve de 72 ans, Thérèse Bouat, beaucoup plus âgé que lui, qui avait pitié de sa condition. Il meurt quatre ans plus tard. Valentin Jautard est considéré comme le premier journaliste de l’histoire de Montréal. Le parc qui porte son nom est situé face au siège du Journal de Montréal, propriété de Québecor.

Le logo du premier numéro du journal The Gazette, 3 juin 1778.

Le logo du premier numéro du journal The Gazette, 3 juin 1778. (Photo: édition spéciale du bicentenaire)

65- Villeneuve (rue Villeneuve, entre Drolet et Henri-Julien) 2587 m2

Ce parc se rapporte à la rue Villeneuve, qui rend hommage à Léonidas Villeneuve (1849-1913). La rue Villeuve rappelle Léonidas Villeneuve (1849-1913), qui s’installe à Montréal et ouvre un petit commerce de bois de construction sur le Plateau, à l’âge de… 12 ans! Il fera fortune et sera maire de la ville de Saint-Louis pendant trois mandats. L. Villeneuve Limitée est aujourd’hui située dans Rosemont—Petite-Patrie, en bordure du chemin de fer du Canadien Pacifique, angle Saint-Laurent, à la limite nord du Mile-End.

Avec le Répertoire historique des toponymes de Montréal.

Les autres textes de la série:

1 à 10, 25 septembre 2015

11 à 20, 2 octobre 2015

21 à 30, 9 octobre 2015

31 à 40, 16 octobre 2015

41 à 50, 23 octobre 2015

51 à 60, 30 octobre 2015

Vos commentaires
loading...