Publicité

Poésie de vérité et de réconciliation à la librairie Port de Tête

Culture
Paroles Fauves à la librairie Port de Tête. La poète et musicienne métisse de l’Alberta Moe Clark, la poète et slameuse innue Natasha Kanapé Fontaine et l’auteure compositrice-interprète inuite Beatrice Deer monteront entre autres sur scène.

Ce dimanche, la librairie Port de Tête accueillera une quinzaine de poètes et slameurs autochtones et d’ailleurs.

Isabelle St-Pierre, l’organisatrice des SLAM Sessions Montréal et de nombreuses scènes ouvertes depuis une dizaine d’années, transporte son savoir-faire et sa formule mainte fois éprouvée à la librairie Port de Tête, le temps de Paroles Fauves: vigile poétique contre la violence faite aux femmes autochtones.

La diffusion du reportage de l’émission Enquête de Radio-Canada a été le déclencheur de l’évènement. Familière avec les cultures autochtones, Isabelle St-Pierre déplore la situation des femmes des premières nations et, selon elle, le reportage, qui dévoilait en octobre dernier les sévices sexuels, les abus et l’intimidation fait à l’endroit de femmes autochtones de Val-d’Or par la police locale, a provoqué une prise de conscience populaire sur une inégalité inexplicable. «Le reportage évoquait une seconde classe de citoyennes. C’était un éveil pour beaucoup de gens », raconte l’organisatrice de soirée de SLAM poésie. C’est dans ce contexte qu’avec son amie, la journaliste innue Caroline Hotte, elles ont eu envie de faire quelque chose pour exprimer leur indignation. « Pour nous, à ce moment-là, c’était important d’en parler et de contribuer à faire ouvrir les yeux à d’autres personnes », explique Isabelle St-Pierre.

Poésie fauve et prise de risque

Les deux femmes ont invité des amis poètes autochtones, des connaissances et des collègues à participer à leur vigile poétique.«En fait, tous les gens que nous avons approchés ont dit oui, raconte-t-elle. Pendant la soirée, il y aura certainement des moments plus difficiles ou enflammés mais l’idée c’est que tout le monde arrive avec ce qui l’a interpellé, avec son point de vue, avec sa sensibilité. »

Dans la petite librairie, qui promet d’être bondée, défileront entre autres Natasha Kanapé Fontaine, poète, slameuse et artiste multidisciplinaire innue, Moe Clark, poète, musicienne, chanteuse métisse cree de l’Alberta, Marco Collin, comédien (Les pays d’en haut) et auteur innu, Beatrice Deer, auteure et compositrice inuite, en plus de Biz (Loco Locass), David Goudreault, le slameur et auteur, Queen Ka, slameuse et comédienne, Marie-Paule Grimaldi, poète et auteure et de nombreux autres.

Le lieu a d’ailleurs été choisi avec soin. Isabelle St-Pierre tenait mordicus à faire l’évènement dans la librairie de l’avenue Mont-Royal, qu’elle tient en très haute estime, autant pour sa sélection de livres de qualité, son implication dans la communauté littéraire avec ses nombreux lancements de livres, mais aussi pour son ouverture à tenir dans ses murs des évènements qui offrent l’occasion d’échanger des idées.

Micros ouverts

Cette soirée de dimanche est donc pour les organisatrices une occasion poétique de susciter l’échange, la discussion et « une prise de parole franche, sans artifice où le sujet de la violence envers les femmes autochtones peut être abordé dans toutes les langues et de tous les angles possibles». Pour les membres du public qui souhaiteraient prendre la parole eux aussi, cinq à six micros ouverts seront prévus pendant la soirée. Il suffit de s’inscrire sur place le soir même. Par respect pour la problématique autochtone de la violence faite aux femmes, la soirée se déroulera sans alcool. Un petit buffet de thé du Labrador et de banique sera servi.

 

PAROLES FAUVES: vigile poétique contre la violence faite aux femmes autochtones

Dimanche 17 janvier à 20 h – les portes ouvrent à 19h

Entrée libre et contribution volontaire

 

Librairie Port de tête

262 avenue Mont-Royal Est

Vos commentaires
loading...