Publicité

Théâtre tout court à La Licorne

Culture
Suzy et Alex, dix ans, se rencontrent en jouant dans un banc de neige. « J’ai déjà tout vu » d’Olivier Sylvestre est un récit d’anticipation qui explore avec tendresse ce que le monde et leur amour leur réservent. Mise en scène de Frédéric Sasseville-Painchaud, avec Gabrielle Lessard et Patrick R. Lacharité (photo: Véronick Raymond)

La 16e édition de Théâtre tout court débute aujourd’hui à la Petite Licorne. Le cabaret théâtral présente dix courtes formes théâtrales de dix minutes, choisies avec grand soin par l’équipe d’Absolu Théâtre, et cette fois inspirées du thème «Moi et l’autre».

Ballon d’essai pour les auteurs plus établis et de la relève, les soirées Théâtre tout court se désignent aussi comme un laboratoire. Depuis 2008, l’évènement a réussi à créer une communauté de gens qui écrivent des courtes formes, ici et maintenant, alors que la forme n’existait à peu près pas au Québec. Au fil des années, la traduction de courtes pièces américaines a laissé entièrement place à un concours d’écriture. Les gagnants voient leur texte monté dans l’une des deux soirées annuelles de Théâtre tout court, en plus d’entendre leur texte vocalement et d’avoir des rencontres et des échanges entre collègues.

«Si c’est pas bon, c’est pas grave parce que c’est pas long!»

On ne peut pas parler de Théâtre tout court sans évoquer son slogan: «Si c’est pas bon, c’est pas grave parce que c’est pas long!» « La forme courte a un rapport complètement différent avec le public, explique la codirectrice Véronick Raymond. Chaque phrase va vers la chute. Entre chaque pièce, le spectateur peut relâcher. Et aussi, on remarque une belle qualité d’écoute chez les spectateurs. »

«Moi et l’autre»

Pour cette édition hivernale, les deux codirecteurs Serge Mandeville et Véronick Raymond souhaitaient creuser une réflexion autour de notre rapport à l’autre. «Le rapport aux autres est discutable dans la société actuellement, mais très riche d’un point de vue dramaturgique, soutient Véronick Raymond. Et puis, c’est toujours fabuleux de voir comment une thématique peut être interprétée de différente manière», fait-elle remarquer.

Parmi les textes choisis, soulignons «La loi de la jungle» de Maxime Desjardins, un texte féministe sur les rapports de pouvoir chez un concessionnaire automobile. Devant un camion de déménagement, «937-0707» d’Arianne Maynard-Turcotte met en relation l’identité d’un couple de banlieue et les objets qu’ils possèdent. « J’ai déjà tout vu » d’Olivier Sylvestre explore avec tendresse la relation à travers le temps de deux enfants qui voient leur vie défilée alors qu’ils sont assis sur un banc de neige. Il faut également mentionner la version courte et théâtrale de « Hiroshimoi » de Véronique Grenier, un récit d’un triangle amoureux publié aux éditions Ta mère cet hiver.

Théâtre tout court XVI

Du 23 au 27 février 2016

Théâtre La Licorne

4559 avenue Papineau, Montréal

Vos commentaires
loading...