Publicité

La p’tite maison … qui n’est pas dans la prairie !

Histoire
maison de la rue Lagarde, Plateau Mont-Royal
La petite maison de la rue Lagarde est un des derniers vestiges de l’architecture « villageoise-urbaine » encore présent dans le Plateau Mont-Royal. Cela en fait toute sa richesse patrimoniale. Mais à voir la largeur du trottoir devant la maison, on pourrait presque se croire sur l’actuelle rue Brébeuf. (Photo: Gabriel Deschambault)

On parle beaucoup de ce temps là du Mount Stephen club, magnifique bâtiment patrimonial du centre-ville, dont la structure est affaiblie par les travaux de rénovation dont il fait présentement l’objet.

Mais notre quartier n’est quand même pas en reste eu égard à la présence de bâtiments patrimoniaux. Il ne sont pas tous de la trempe du Mount Stephen club; mais ils sont tout aussi importants. La photo qui coiffe notre article nous montre une petite maison unifamiliale qui est située sur la rue Lagarde, près des rues Berri et Saint-Grégoire. La maison est petite car au moment de sa construction, dans la première moitié du XIXème siècle, on est économe de ses matériaux, de ses coûts de chauffage et l’on reproduit encore les modèles anciens de construction que nos ancêtres ont importé d’Europe et adaptés ici. La suite de la chronique nous présente d’autres maisons similaires et nous laisse deviner l’atmosphère qui régnait dans ces temps plus calmes. En voici, un véritable trésor !

Nous sommes au coeur de ce qu’était le Village de Côte Saint-Louis; plus familièrement appelé Coteau Saint-Louis. C’est le royaume des pieds-noirs; les fameux carriers qui peinent à coeur de journées dans les carrières des environs. Ces carrières sont en fait les premières grandes installations qui peuvent être véritablement considérées comme le point de départ d’une industrie organisée dans le quartier. Des carrières du Plateau sortira cette fameuse pierre grise de Montréal, qui servira entre autres à ériger de nombreux monuments montréalais. On pense au marché Bonsecours ou encore, à l’église Notre-Dame, dont l’histoire nous dit que la pierre de leurs façades provient de notre quartier. 

Mais revenons donc à notre petit village. La photo suivante nous montre une vue de la rue Berri prise au nord de la rue Garneau. On y reconnaît d’autres petites maisons identiques. Deux étages; une porte centrale avec une pièce de chaque côté; un toit à deux versants avec deux lucarnes; un recouvrement en bois (parfois en maçonnerie de pierre); un décor limité à sa plus simple expression et exprimé par des linteaux de bois (que l’on retrouve aussi rue Lagarde). Le deuxième bâtiment, celui en maçonnerie de pierre est toujours existant angle Lauzon. Un autre beau trésor.

Décor villageois de la rue Berri dans les années 1940.

Décor villageois de la rue Berri dans les années 1940. Un paysage qui conserve toujours des relents des villages ruraux qu’avaient quittés les nombreux ouvriers venus travailler dans les carrières de la grande ville. (Source : BAnQ fonds Edgar Gariépy)

On ne sait pas si la maison de la rue Garneau est une construction de bois ou de pierre. Mais il y a fort à parier que sous son revêtement de vinyle, les matériaux d’origine sont toujours présents. Un trésor caché !

Une dernière photo nous montre d’autres petites maisons de la rue Berri, cette fois à l’angle de Saint-Grégoire, qui elles sont en bois. Elles témoignent de la vie difficile des familles de ces ouvriers. Quand on a froid dans nos maisons modernes et bien isolées… ayons une bonne pensée pour la personne qui se levait la nuit afin d’attiser le poêle à bois.

Ayons aussi une bonne pensée pour notre petite maison qui poursuit son chemin en résistant aux attaques des condos. Elle est rafraîchissante en nous rappelant cette époque importante de l’histoire de notre quartier.

maisons de bois de la rue Berri, années 1940

Anachronisme qui laisse deviner l’âge de ces constructions, la présence de la borne-fontaine et l’existence d’une véritable « bécosse » sur le côté du deuxième bâtiment. L’installation de l’aqueduc est assez tardif dans le Plateau Mont-Royal. (Source : BAnQ fonds Edgar Gariépy)

Visitez la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal :

Vos commentaires
loading...