Économie
De gauche à droite: Geneviève Bégin, Isabel Kastrup (2e rangée), Gaëlle Généreux, Nicolas Martel, Vicent Chapdeleine, Alice Chipot (2e rengée) et Gabriela de Andrade avec ses deux enfants.
À quelques jours de l'ouverture, des membres de Temps libre nous ont fait visiter le chantier. De gauche à droite: Geneviève Bégin, Isabel Kastrup (2e rangée), Gaëlle Généreux, Nicolas Martel, Vicent Chapdeleine, Alice Chipot (2e rengée) et Gabriela de Andrade avec ses deux enfants. (photo: Simon Van Vliet)

Le coworking réinventé dans le Mile-End

Dix ans après la naissance du coworking, le mouvement initié dans le secteur de l’économie créative californienne est bien implanté sur le Plateau.

La coopérative Ecto, l’un des premiers espaces de coworking à s’être établis à Montréal, a d’ailleurs pignon sur rue sur l’avenue du Mont-Royal.

Nouveau joueur dans ce mouvement en pleine expansion, la coopérative de solidarité Temps libre vise à « ouvrir des espaces publics intérieurs », explique la cofondatrice et directrice générale de l’organisme, Gaëlle Généreux, rencontrée lors du [email protected] du secteur Saint-Viateur Est, la semaine dernière.

Un espace public gratuit

Le tiers de l’espace de 8500 pieds carrés, établi au 5605, de Gaspé, sera ainsi occupé par un salon-café ouvert au public. L’accès au café sera gratuit et il n’y aura aucune pression à consommer, insiste le photographe Nicolas Martel, un membre de Temps libre.

« Ça va vraiment être un lieu de rencontre, insiste Gaëlle Généreux. On veut que les gens cohabitent. »

Signe qu’il y a un engouement pour le projet, les 80 postes que compte l’espace de travail partagé étaient déjà loués. Pourtant, Temps libre n’ouvre ses portes que cette semaine.

Une vision large et innovante

La coopérative Temps libre, qui est à l’origine un projet d’Espaces Temps soutenu par le vice-rectorat à la recherche de l’Université Concordia, compte notamment parmi ses membres fondateurs l’accélérateur et espace de travail collaboratif Esplanade, la coopérative Territoires, qui se consacre à la création d’outils numériques dédiés au développement culturel et social des territoires, et l’organisme d »innovation sociale Exeko.

Installée aux abords du Champ des possibles, une friche urbaine aux abords de la voie ferrée du Canadien Pacifique, qui fait l’objet d’un projet de conservation et de mise en valeur depuis 2009, la coopérative vise à rassembler des membres qui s’intéressent au développement des villes et des territoires, à l’écologie urbaine, à la vie collective ainsi qu’à l’innovation sociale.

Temps libre hébergera, par exemple, le premier espace de travail collaboratif pour parents au Québec.

Initié par Gabriela de Andrade, entrepreneure indépendante et mère de deux enfants, le projet Boom coworking vise à faciliter la conciliation travail-famille chez les travailleurs autonomes, qui comptent pour environ 15 % de la population active du Plateau.

Lire notre Top 5 des espaces de coworking sur le Plateau.

[NDLR : Dans une version antérieure de ce texte, nous indiquions que l’organisme de promotion et de défense des droits des personnes ayant une déficience motrice Ex Aequo faisait partie des membres fondateurs de a coopérative. Nous nous excusons de cette regrettable erreur d’homophonie!]

Vos commentaires
Lire plus d'articles de la catégorie Économie