Publicité

Projet Pelléas: un opéra en version intime d’une heure

Culture
« Pour nous, c’est l’occasion de jouer des rôles que nous aimerions jouer parce que nous ne savons pas si nous aurons la chance de les jouer en entier un jour» Andréanne Brisson-Paquet (photo: Maxime Boisvert)

Fondé en 2014 par des musiciens de la relève québécoise, le collectif 1 Opéra 1 Heure présente Projet Pelléas, une version abrégée de l’ultime opéra de Claude Debussy au Conservatoire de musique. Leur vision? Réduire avec grand soin des oeuvres phares du répertoire lyrique pour le plaisir des mélomanes et des néophytes.

Chef-d’oeuvre du théâtre symboliste, Pelléas et Mélisande de Maeterlinck (1893) a inspiré nombre de compositeurs et artistes. Le compositeur Claude Debussy a fait de ce triangle amoureux tragique une oeuvre unique dans l’histoire de l’opéra. Il s’agit d’ailleurs de son seul opéra (1902). Plutôt que de créer des airs, des scènes et des choeurs comme le veut la tradition, il met plutôt en musique, phrase par phrase, le drame symboliste de Maeterlinck.

En résulte un opéra toujours moderne aujourd’hui qui suit la mélodie du langage et le débit de la parole. « C’était véritablement du théâtre chanté, austère et avec peu d’harmonies. L’oeuvre avait fait scandale à l’époque», explique la soprano et co-fondatrice de 1 Opéra 1 Heure, Andréanne Brisson-Paquin.

L’oeuvre est d’ailleurs l’objet d’une popularité surprenante à Montréal puisqu’elle a été présentée sur différentes scènes dans les derniers mois. Il y a eu la production théâtrale au TNM en janvier, dans une mise en scène de Christian Lapointe, et plus tôt l’automne dernier l’Orchestre Symphonique de Montréal ouvrait sa saison l’opéra de Debussy. Selon Andréanne Brisson-Paquin « les astres étaient alignés».

Créer l’opportunité

L’aspect théâtral et moderne les attirait. Mais le moteur du projet demeurait pour eux l’envie d’interpréter des grands rôles. « À la fois, nous aimons prendre des libertés sur des oeuvres libres de droits, mais aussi nous aimons nous donner la chance comme chanteur de la relève d’aborder des rôles « au complet», admet Andréanne Brisson-Paquin. «À Montréal, des productions d’opéra il n’y en a pas tant que ça. Pour nous, c’est l’occasion de jouer des rôles que nous aimerions jouer parce que nous ne savons pas si nous aurons la chance de les jouer en entier un jour», ajoute la jeune soprano.

Tout court

Au-delà du plaisir de chanter, le collectif cherche aussi à attirer un nouveau public vers l’art lyrique. « Notre mission est de permettre aux mélomanes avertis de voir une oeuvre sous un autre angle et aux néophytes de découvrir les oeuvres du répertoire lyrique sous une forme abrégée et accessible d’une heure.» Pour se faire, l’équipe a recoupé près de deux heures à l’opéra qui en fait presque trois. Une des stratégies a été de couper l’acte 5. Projet Pélléas se termine donc avec la mort de Pelléas.

Sur la scène du conservatoire de musique dans une mise en scène de Florence Blain, Andréanne Brisson-Paquin et Laurent Deleuil interpréteront Mélisande et Pélléas alors que Pierre-Étienne Bergeron interprétera le prince Golaud, le mari épris de jalousie. L’instrumentation repensée sera composée de deux pianos et d’une harpe.

1 Opéra 1 Heure présente Projet Pélléas

Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec

15 & 16 février – 19h30

14$ – 22$

Vos commentaires
loading...