Publicité

Cinéma : L’étreinte du serpent, une épopée mystique

Culture
Jan Bijvoet
Une œuvre poétique et philosophique réussie. Photo : www.notrecinema.com

Troisième réalisation de Ciro Guerra, L’étreinte du serpent offre une fascinante incursion en territoire isolé, situé au cœur de la partie colombienne de l’Amazonie. Guerra relate le premier contact entre un représentant autochtone et deux explorateurs qui s’entraideront à leur manière.

Primée à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes et sélectionnée aux Oscars dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère, L’étreinte du serpent, œuvre poétique et philosophique, est une réussite. S’inspirant librement des carnets de voyage de Theodor Koch-Grünberg et de Richard Evans Schultes, le récit donne lieu à un chassé-croisé stupéfiant, où se mêlent nature, missionnaires colonisateurs, temporalités différentes et rêves.

Des savoirs ancestraux

En 1909, l’ethnologue allemand Theodor Koch-Grünberg (Jan Bijvoet), gravement malade, est déposé aux pieds du jeune chaman Karamakate (Nilbio Torres), un survivant des Cohiuano, peuple décimé par les Blancs avides de pouvoir. Aidés des conseils de Karamakate, Theodor et son assistant Manduca (Yauenkï Miguee) partent à la recherche d’une fleur rare aux propriétés médicinales, la Yakruna.

Quelques décennies plus tard, la vie du vieux Karamakate (Antonio Bolivar) est bouleversée par l’arrivée de Richard Evans Schultes (Brionne Davis), un jeune biologiste américain. Celui-ci demande à retourner sur les traces de son prédécesseur jamais revenu. Plusieurs ans de solitude ont fait de Karamakate un Chullachaqui, c’est-à-dire un homme totalement dépourvu d’émotions et de sentiments. Un long périple semé d’embûches et envahi de créatures hostiles permettra au sage vieillard de retrouver et de se réapproprier son identité culturelle propre.

Une distribution de talent

L’étreinte du serpent, entièrement tourné en noir et blanc, repose sur ces éléments : images esthétiques, photographie magnifique signée David Gallego, mise en scène méticuleuse et dialogues en langues tribales. Le film bénéficie aussi de la présence d’une distribution majoritairement amérindienne.

Amateurs de film d’aventures et de fable contemplative seront servis!

La bande-annonce

Le film L’étreinte du serpent est présentement à l’affiche au Cinéma du Parc en version originale multilingue avec des sous-titres français.

Vos commentaires
loading...