Publicité

Club de lecture : passages

Culture

Voici les suggestions du Club de lecture cette semaine!

Roman

Image (2)Suggestion de David Tuffelli-Rail, bibliothécaire à la bibliothèque du Plateau Mont-Royal

Ikigami, tome 1, de Motorô Mase, Asuka, 2009.

Collection mangas adultes : MAS v.1 BD

Ikigami est une série manga (attention, le sens de lecture est inversé) qui se passe dans un pays fictif avec une ambiance orwellienne. En jeune âge, les citoyens se font insérer une capsule qui, entre 18 et 25 ans, cause au hasard la mort chez certains. Ces condamnés reçoivent un préavis de 24 h appelé l’ikigami. On suit l’histoire d’un fonctionnaire livreur d’ikigami ainsi que ses questionnements sur la société dans laquelle il vit.

Ne vous laissez pas repousser par la dureté du premier chapitre. Certains passages sont d’une douceur poignante et d’autres font réfléchir sur la politique et la valeur de la vie. Au fil de la lecture, une question nous vient rapidement à l’esprit : comment voudrais-je vivre mes dernières 24 heures?

Bande dessinée

secret de khanySuggestion de Stéphane Desjardins, éditeur

Yoko Tsuno, Le secret de Khany, Roger Leloup, Dupuis, 2015

La sortie récente du 27e album de la série Yoko Tsuno, du vétéran Roger Leloup (82 ans), me permet de renouer avec une lecture de jeunesse. Car la série Yoko Tsuno est désormais un classique. Elle met en scène l’électronicienne japonaise et ses deux amis, Pol Pitron et Vic Vidéo, le Trio de l’étrange, dans des aventures alternant entre des récits se déroulant sur Terre et d’autres, autour de la planète Vinéa et son peuple. Leloup, dans un féminisme surprenant, car la bande dessinée compte peu de personnages féminins forts, multiplie les rôles de filles venues de pays exotiques, du passé (voyage dans le temps) ou du cosmos, notamment Khany, la superbe blonde vinéenne, meilleure amie de Yoko, véritable leader, aussi aventurière que justicière, comme l’est Yoko.

Justement, le dernier album tourne autour d’un secret que Khany peine à révéler à sa meilleure amie. Cette information, gravissime, met en jeu la survie des milliers de Vinéens en léthargie sous la surface de la Terre depuis des millénaires, mais aussi ceux qui sont déjà de retour sur Vinéa ainsi que… toute la vie terrestre. Leloup, qui ne manque jamais de s’attarder à différentes questions éthiques, religieuses et philosophiques, touche encore à des valeurs universelles et aborde cette fois la génétique, les génocides, la robotique et les armes bactériologiques.

Rassurez-vous, le propos est diffus et, comme d’habitude, le ton bon enfant permet de rejoindre tous les publics. Roger Leloup renoue avec l’univers iconographique qu’il a façonné avec les années, où la technologie est omniprésente, de même que les paysages grandioses et antiques, comme les vieux châteaux écossais. J’ai eu la chance d’interviewer deux fois ce proche collaborateur de Hergé et de Peyo, qui s’est lancé dans l’aventure solo de Yoko Tsuno en 1969, l’année où les Humains se sont posés sur la Lune. Il m’avait alors présenté sa fille adoptive… une Coréenne. Nous avions discuté de la technologie et des valeurs japonaises (fidélité, travail, respect, droiture), héritées du shintoïsme et du bouddhisme, qu’il admire et saupoudre dans ses albums, ainsi que de la technologie, qui le passionne depuis l’enfance. Leloup, en un sens, est bien de son temps. Un conseil: relisez les albums précédents, car plusieurs aspects de l’histoire s’y réfèrent constamment.

Récit

Club de lecture_Kathleen WinterSuggestion de Anne-Sophie Carpentier, journaliste culturelle

Nord Infini, Kathleen Winter, Éditions du Boréal, 2015

J’ai dévoré le récit palpitant de l’auteure Kathleen Winter, née en Angleterre, grandie à Terre-Neuve, vivant à Montréal, qui se révèle être délicieusement excentrique et sensible. Il est entre autres question d’un voyage en bateau sur ce que l’on surnomme le passage du Nord-Ouest, un chemin mythique fait de cathédrales de glace et d’iles rocheuses quelque part entre l’Europe et le Pacifique au nord du 60e parallèle.

Le point de départ de ce livre est une invitation de dernière minute. À bord d’un navire russe, l’auteure accompagne archéologues, anthropologues et scientifiques en tant qu’« écrivaine en résidence» du Groenland au Nunavut. L’expédition suit aussi les traces de l’explorateur britannique John Franklin, disparu en 1845 en tentant de traverser pour la première fois ce passage donnant accès à l’océan Pacifique par le Nord.

C’est donc un mélange entre un récit d’aventures, un récit historique, en même temps qu’un mémoire personnel d’un passage intime de la romancière pendant son voyage alors qu’elle revient sur ses propres souvenirs douloureux.

Vos commentaires
loading...