Histoire
La militante Lucia Kowaluk, fondatrice de la Communauté Milton-Parc, est impliquée dans de nombreuses luttes sur le Plateau depuis des décennies.
La militante Lucia Kowaluk, fondatrice de la Communauté Milton-Parc, est impliquée dans de nombreuses luttes sur le Plateau depuis des décennies. (photo : archives Simon Van Vliet

Top 5 des féministes inspirantes

Le Plateau compte son lot de féministes inspirantes qu’aurait pu citer en exemple la ministre de la Condition féminine, Lise Thériault.

À quelques jours de la Journée internationale de la femme du 8 mars, Pamplemousse.ca vous propose une liste de cinq féministes qui ont marqué l’histoire de Montréal et du Québec.

1) Jeanne Mance (1606-1673)

Jeanne Mance, qui a non pas un, mais deux parcs à son nom, était une féministe avant l’heure. Débarquée à Montréal le 18 mai 1642 avec Paul Chomedey de Maisonneuve, elle a supervisé la construction de l’un des premiers bâtiments de Ville-Marie : l’Hôtel-Dieu de Montréal. On l’a reconnue officiellement comme l’une des cofondatrices de Montréal qu’en 2012, soit près de 350 ans après sa mort.

2) Robertine Barry (1863-1910)

Première femme journaliste canadienne-française, c’est sous le pseudonyme de Françoise que Robertine Barry a commencé sa carrière au journal La Patrie. Elle figurait aux côtés de Marie Gérin-Lajoie et Éva Circé-Côté sur la couverture d’un bulletin que la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal a consacré aux femmes qui ont fait l’histoire du Plateau, l’an dernier.

Lors d’une conférence sur les « Vies de femmes sur le Plateau de 1900 à 1940 », Andrée Lévesque, historienne émérite et spécialiste de l’histoire du Québec du XXe siècle, s’est également penchée sur ces femmes qui sont sorties du rang pour s’engager socialement et politiquement.

3) Thérèse Casgrain (1896-1981)

Militante féministe de la première heure, Thérèse Casgrain s’est impliquée toute sa vie durant dans des causes politiques, sociales et syndicales. Présidente de la Ligue pour les droits de la femme de 1928 à 1942, elle est reconnue pour sa contribution à la lutte pour le droit de vote des femmes, obtenu en 1940 au Québec.

Membre fondatrice de la Ligue des droits de l’homme (sic!) en 1960, elle participe à la fondation de la Fédération des femmes du Québec en 1966. Elle fut nommée sénatrice à Ottawa par la suite.

4) Thérèse Daviau (1944-2002)

Thérèse Daviau a été l’une des premières femmes politiques de l’histoire montréalaise. À l’âge de 28 ans, elle est élue comme conseillère municipale sous la bannière du Rassemblement des citoyens de Montréal.

Suite au massacre de l’école Polytechnique en 1989, où sa fille, Geneviève Bergeron, a été abattue par le tireur masculiniste Marc Lépine, Thérèse Daviau a milité pour le contrôle des armes à feu au sein de la Fondation des victimes du 6 décembre.

5) Lucia Kowaluk (1933- )

Première lauréate du prix Thérèse Daviau en 2004, Lucia Kowaluk est l’une des fondatrices du plus important projet de coopératives d’habitation en Amérique du Nord : la Communauté Milton-Parc. Il y a deux ans, le Centre d’écologie urbaine de Montréal a créé le fonds Lucia-Kowaluk, dédié au financement d’initiatives citoyennes. Elle est également chevalière de l’Ordre national du Québec depuis l’an dernier et elle a été décorée de l’ordre national du Canada en 2014.

Vos commentaires
Lire plus d'articles de la catégorie Histoire