Publicité

Cinéma : El Clan, une famille corrompue

Culture
Guillermo Francella
Deux acteurs remarquables. Photo : www.infobae.com

Avec El Clan, son récent long-métrage, le réalisateur Pablo Trapero a connu un succès retentissant en Argentine. Coproduit par les créateurs de renom, les frères Almodóvar, Pedro et Augustin, le drame a récolté plus de 2,5 millions d’entrées.

Inspiré d’un fait divers, El Clan a été retenu par l’Argentine pour concourir à l’Oscar du meilleur film étranger. Primé lors de la dernière Mostra de Venise, ce film perturbant fait référence à la sordide affaire Puccio.

El Clan, 4 enlèvements et 3 meurtres

Buenos Aires, début des années 80. Depuis l’avènement du nouveau régime démocratique, la majorité des corps de l’État a été révoquée. Arquimedes Puccio (Guillermo Francella) sait que les règles ont changé. L’ancien membre des services de renseignement est rapidement mis de côté. À l’aide de ses contacts encore présents, il commence à organiser et commettre des enlèvements contre rançon.

Arquimedes Puccio dirige ses proches d’une main de fer. Epifania (Lili Popovich), sa femme, et leurs cinq enfants, Maguila, Alejandro, Guillermo, Silvia et Adriana, vivent sous son emprise. Alors que les victimes, enfermées dans la maison paternelle, hurlent leur désarroi et leur douleur, le clan familial s’en tient à une omerta totale.

Despote redouté, ambitieux, sans pitié et sans scrupules, Arquimedes contraint son fils Alejandro (Peter Lanzani), joueur étoile de rugby de l’équipe nationale, de lui fournir des candidats. Malgré ses réticences morales, l’athlète d’élite obéit aveuglément à son père. Des rebondissements imprévus réussissent à ébranler les convictions du jeune homme.

Francella et Lanzani, un duo gagnant

Pour sa réalisation, le cinéaste a entrepris un méticuleux travail de recherche : lecture (rapports de police, dossier d’instruction, journaux de l’époque, minutes du procès), journalisme d’enquête (voisinage, amis, familles des victimes).

Admirablement bien servi par deux acteurs remarquables, Guillermo Francella et Peter Lanzani, le film bénéficie aussi d’une mise en scène maîtrisée, d’une reconstitution soignée et d’images d’archives télévisées. La chanson des Kinks, Sunny Afternoon, et le titre de Creedence Clearwater Revival, Tombstone Shadow, font bonne figure dans la trame sonore.

El Clan s’avère une sombre histoire carrément bouleversante!

La bande-annonce

Le film El Clan est présentement à l’affiche au Cinéma du Parc en version originale espagnole avec des sous-titres français.

Vos commentaires
loading...