Publicité

Investir en immobilier, seul ou en groupe? (3 de 3)

Immobilier, Commandité

Est-il plus avantageux d’investir seul ou en groupe lorsqu’il est question d’immobilier? Voici une série sur les avantages et les désavantages.

Une belle occasion se présente. L’immeuble est un peu trop gros ou un peu trop cher pour vos seuls moyens. Sauf que, à trois ou quatre personnes, ce serait possible de réaliser la transaction.

Cette semaine, les avantages et les inconvénients.

Avantages d’être seul

Vous êtes le capitaine, le seul maître après Dieu, comme ils disent sur les navires. Vous avez les avantages, mais aussi les inconvénients de tout décider en solo. Vous risquez de faire des erreurs. Mais vous ne subirez pas celles de votre ou vos associés!

La vie est faite d’imprévus. Vous tombez malade, vous divorcez, vous avez des problèmes financiers… Un investissement en solo vous protège de discussions corsées et même de recours judiciaires intentés par votre ou vos associés, qui ne sont pas d’accord avec vos décisions ou doivent les subir.

Avantages d’être deux ou plusieurs

Pour ces mêmes raisons, l’union fait la force. Si un des associés connaît une crise personnelle, les autres compenseront. Évidemment, sur le plan financier, c’est généralement plus facile de combiner des ressources (financement et mises de fonds).

D’autant plus que l’immobilier n’est, par lui-même, un marché qui n’est pas aussi liquide que la Bourse. Et vous n’êtes pas à l’abri pour autant des crises et des sautes d’humeur de l’économie! On a vu un marché stagner pendant plus d’une décennie. Et les taxes grimpent souvent plus vite que l’inflation.

En fait, ce qui déterminera une association, au-delà de la «chimie» entre les associés, c’est souvent la nature de l’investissement. Vous investissez à long terme ou à court terme?

Lorsqu’on désire vendre une propriété et en obtenir le meilleur prix possible, il n’est pas rare de réaliser la vente entre trois et six mois. On peut même notarier le contrat trois mois plus tard! Il faut tenir compte de ces délais. Quelques fois, si on a plusieurs propriétés, on parlera en termes d’années. En effet, le calcul vaut le travail. Il faut aussi considérer les incidences fiscales.

Cette chronique est inspirée du site Internet OKcondo.net.

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires
loading...