Publicité

Explorer l’histoire urbaine du Plateau

Culture, Histoire, Vie de quartier
premiers bâtiments de l’Hôtel-Dieu avenue Des Pins angle Saint-Urbain, 1870
Le Plateau a beaucoup changé depuis la fin du 19e siècle : les prairies, jardins et verger qui couvraient une grande partie du territoire ont notamment disparu. (Source : Musée McCord)

Le Plateau est au cœur des explorations urbaines que propose Montréal Explorations dans le cadre de sa programmation 2016 qui sera lancée la semaine prochaine.

Du mythique boulevard Saint-Laurent aux ruelles inconnues en passant par les vestiges de vieux jardins oubliés, les férus d’histoire urbaine pourront ainsi déambuler au fil des circuits élaborés par le militant et historien populaire Bernard Vallée, cofondateur de Montréal Explorations.

Entre la Main et les ruelles

Organisé en collaboration avec les Amis du boulevard Saint-Laurent, le circuit de la Grande promenade de la Main permettra de remonter « le corridor historique du Boulevard Saint-Laurent » du Vieux Montréal jusqu’à Jean-Talon, explique Bernard Vallée. La traversée du Plateau mettra notamment en lumière l’histoire de l’immigration montréalaise, mais aussi celle des luttes ouvrières, dont les édifices Balfour et Cooper ont notamment été les bastions.

Un autre circuit explorera les ruelles du Plateau, à commencer par les rues Chateaubriand et Saint-Christophe qui sont les vestiges d’un « aménagement urbain conçu pour la plus haute bourgeoisie », rappelle Bernard Vallée. Contrairement aux autres ruelles du Plateau qui faisaient office de voies de service et d’accès pour les pompiers, ces deux rues ont initialement été conçues comme voie d’accès pour les domestiques qui servaient dans les grandes maisons de la rue Saint-Hubert.

Les jardins d’antan

Enfin, un troisième circuit nous fera découvrir les grands jardins disparus du Plateau, comme les jardins Guilbault « dont le souvenir a complètement disparu », déplore Bernard Vallée. « Tout le sud du Plateau, c’était des vergers », souligne-t-il en faisant valoir qu’il ne reste, en dehors du jardin Notman, pratiquement aucun vestige des vertes prairies de l’époque de la Côte-à-Baron.

Découvrir Miron

À titre d’animatrice invitée, Jocelyne Lavoie reprendra pour sa part la Marche à Miron, inaugurée au début du mois dans le cadre des promenades de Jane organisées par le Centre d’écologie urbaine de Montréal. « C’est une nouveauté cette année », indique Bernard Vallée.

L’année 2016 marque le 20e anniversaire du décès du poète phare de la littérature québécoise, Gaston Miron, qui a vécu la majeure partie de sa vie sur le Plateau. « À chaque endroit, on décrit un peu la période de la vie de Miron », explique Bernard Vallée qui précise que le périple commencera au 4451, rue Saint-André, Montréal, là où vivait le poète au moment de l’écriture de son œuvre maîtresse l’Homme rapaillé, pour se terminer au Café Cherrier qui a été le repère de nombreux artistes au fil des ans.

À lire également : L’histoire comme ancrage de citoyenneté.

Vos commentaires
loading...