Publicité

Fin de semaine en bande dessinée au Parc Lafontaine

Culture, Vie de quartier
Bataille de personnage lors de l'édition 2015
Bataille de personnage lors de l’édition 2015 (photo : gracieuseté du festival)

Le festival de la BD de Montréal est de retour au parc Lafontaine pour une 5e édition. Du 27 au 29 mai, enfants, adolescents et adultes pourront plonger dans l’univers de la bande dessinée.

Pendant ces trois jours seront proposés au public conférences, ateliers, dédicaces, tables rondes et barbecue. Le but avoué du festival : promouvoir ce 9e art et montrer que la BD est sortie des classiques franco-belges tels Spirou et Tintin.

« Nous voulons que les gens redécouvrent la bande dessinée. C’est un art complexe. Un bon dessin sans scénario et un bon scénario sans un dessin original ne fonctionnent pas. Les deux doivent être réunis pour faire une BD réussie » explique Johanne Desrochers, coordonnatrice du festival. « D’ailleurs, preuve même de son succès grandissant, c’est le type d’emprunt qui progresse le plus dans les bibliothèques montréalaises. »

Vitrine de la BD montréalaise

Pour cette cinquième année, le festival mise sur une présence importante tant des grandes maisons d’édition que des nombreux autoéditeurs montréalais qui produisent ces fameux « zines », bandes dessinées faites de façon artisanale : fabriquées en papier broché, imprimées à peu d’exemplaires et distribuées dans l’entourage de leurs créateurs.

« Nous avons cette année doublé la présence d’autoéditeurs au festival. C’est une occasion rare d’aller rencontrer cette jeune relève de la BD, qui d’habitude est peu accessible » raconte Johanne Desrochers.

La futur relève de la BD québécoise !

La future relève de la BD québécoise ! (photo tirée du site web du festival)

Une BD hybride

La BD québécoise connaît un fort succès tant local qu’à l’international. Des auteurs tels Michel Rabagliati et sa série Paul ou Les nombrils de Dubuc et Delaf ont connu un fort succès outre-Atlantique.

D’où vient cet engouement ? Selon Johannes Desrochers, « La BD au Québec a une patte singulière : elle se trouve au confluent de la tradition anglo-saxonne et de la tradition française. Elle mélange comics américains et classiques de la bande dessinée franco-belge. C’est un amalgame de ces deux aspects. »

Festival international

Depuis deux ans, le festival propose activités et rencontres en anglais. En effet, éditeurs américains et anglophones du reste du Canada viennent aussi à la rencontre du public montréalais. Des artistes allemand, français, belge et camerounais seront aussi les invités de cette édition.

En dehors du festival, la revue PLANCHES, lancée par deux jeunes femmes férues de BD, tâche de promouvoir les jeunes auteurs québécois du 9e art. Une belle découverte de votre journaliste lorsqu’il faisait ses classes.

Et pour plus d’information sur la programmation, les auteurs et le festival en général : cliquez sur l’affiche ci-dessous.

(photo tirée de la page Facebook du festival)

Vos commentaires
loading...