Publicité

Vernissage des (plus tout jeunes) artistes du Carrefour Marguerite-Bourgeoys

Culture, Vie de quartier
Vernissage au Carrefour Marguerite-Bourgeoys (photo : gracieuseté du Carrefour)

Les membres du Carrefour Marguerite-Bourgeoys ont exposé leurs œuvres effectuées dans le cadre du cours d’art plastique dirigé par Michel Sanscartier.

« C’est un don ce professeur ! » annonce d’emblée Gilles, membre assidu des cours de peinture et vice-président du conseil d’administration. « Voici 12 ans que Michel vient de Châteauguay en transport en commun – 1h30 à l’aller, 1h30 au retour, deux fois par semaine – pour dispenser ses cours à nos membres ! »

Art et thérapie

Pour la modique somme de 30$ par session, les membres du carrefour Marguerite-Bourgeoys, dont la moyenne d’âge se trouve aux alentours de 70 ans et constitué à 90% de femmes, peuvent suivre des cours de peinture – acrylique ou aquarelle – avec M. Sanscartier.

« Plutôt que de faire un cours magistral, je préfère une approche très personnelle avec chacun de mes élèves », raconte celui-ci. « Ce sont des personnes qui n’ont généralement jamais fait de peinture. Elles se sentent valorisées, font quelque chose de leurs mains et se découvrent de nouveaux de talents ! À cet âge où l’isolement et la solitude guettent, c’est extrêmement important pour l’individu et sa confiance en soi. Et elles adorent ! »

À la recherche de nouveaux membres

Mylène C. Archambault, directrice du Carrefour, regrette le manque de visibilité de l’organisme. « Les gens ne nous connaissent pas assez ! Il nous manque des élèves pour nos cours, et entre nous, 30$, ce n’est pas beaucoup pour ce genre d’activité. La mission de l’organisme est de briser l’isolement des aînés, que ce soit à travers des cours de peinture, des cours de langue ou d’autres activités. Encore faut-il qu’ils sachent que nous existons ! »

Pour Carole, le Carrefour Marguerite-Bourgeoys est devenu un endroit familier où elle se sent chez elle. « Grâce à Michel, j’ai pu renouer avec la peinture. J’expérimente différents styles. Je m’essaye dans le réalisme maintenant. Mes peintures me rappellent différents moments de ma vie. J’aime particulièrement l’expression de rêverie bienheureuse de cette femme », dit-elle, en montrant un de ses autoportraits.

Et Michel Sanscartier de conclure, sur une touche d’humour : « Entre nous, j’ai parfois l’impression de me retrouver dans une scène des Belles-Sœurs ! »

Vos commentaires
loading...