Publicité

Un petit tour dans le vide sanitaire

Immobilier, Commandité
Inspectez votre vide sanitaire au moins une fois par année! PHOTO : Inspecteur D

Êtes-vous de ceux qui n’osent pas visiter leur vide sanitaire, de peur d’y trouver de la moisissure, des infiltrations d’eau, des araignées, des rongeurs ou pire encore, un monstre qui y aurait élu domicile?

Si vous n’êtes pas encore descendu dans la cave de votre humble demeure cette année, un petit coup d’œil et quelques aménagements pourraient vite vous rassurer sur son état. À moins, bien sûr, d’y rencontrer le monstre à combattre… et d’avoir à retenir les services d’un entrepreneur pour corriger un important problème.

Bibittes et rongeurs

Si vous trouvez des insectes et des rongeurs dans le vide sanitaire, c’est probablement parce que le pourtour de votre maison n’est pas bien entretenu. Repérez les trous où ces animaux peuvent entrer et bouchez-les. Le plus simple est d’y injecter de la mousse de polyuréthane, qu’on achète en canette. Pour décourager les rongeurs de revenir, insérez d’abord de la laine d’acier dans les trous avant de les boucher.

Selon l’exterminateur Harold Leavey, les fourmis charpentières ne s’attaquent qu’au bois pourri, tandis que du bois qui trempe dans l’eau peut être attaqué par les nacerdes. Dans ces deux cas, c’est qu’il y a un problème d’humidité. Dans certaines vieilles demeures, l’anobie ponctuée s’attaque aux plus grandes pièces de bois. Elle apprécie le cœur des arbres. D’après notre spécialiste de chez Extermination Maheu, cet insecte est probablement arrivé lors de la construction de l’immeuble.

Humidité

Les principaux problèmes des vides sanitaires sont reliés à l’humidité. Le meilleur moyen de détecter un problème d’humidité au sous-sol, c’est le pif! Une légère odeur de renfermé, ça va. Mais si c’est infect, c’est qu’il y a un problème.

À l’aide d’un simple hygromètre acheté en quincaillerie, on peut mesurer le taux d’humidité. Dans un monde idéal, le taux d’humidité devrait se situer à 40 % ou moins. Certains experts diront que de 30 à 70 % est acceptable.

En réalité, la moisissure peut commencer à croître à un taux aussi bas que 60 %. Je suggère de mesurer l’humidité près des fondations, puisqu’il peut y avoir un écart important avec le centre du vide sanitaire.

S’il y a des signes évidents d’humidité, il faut en trouver la source. Elle pourrait percoler de l’extérieur à cause d’une fissure dans la fondation ou d’un mauvais drainage du terrain, ou provenir de l’intérieur en raison de l’humidité du sol ou d’un conduit de la sécheuse qui n’est pas connecté à l’extérieur.

S’il y a une infiltration d’eau, seuls des travaux majeurs pourront y remédier. Si le taux d’humidité semble simplement trop élevé, on peut installer un déshumidificateur.

Si le sol de terre battue est nu, l’installation d’une membrane de polythène est recommandée. Chez votre quincailler, demandez du plastique « 6 mil » pour la superficie à couvrir. À l’aide de Tuck Tape rouge, fixez le plastique contre le bas des fondations, déroulez-le et découpez-le autour des poutres. Scellez chaque joint et chaque extrémité du plastique avec du ruban.

Ouvrir ou ne pas ouvrir les soupiraux?

La question ne fait pas l’unanimité. Idéalement, on n’ouvrirait les soupiraux que par temps sec. Nos étés montréalais étant souvent humides, plusieurs experts recommandent de garder les soupiraux fermés, afin de ne pas faire entrer cette humidité. Je ne suis pas d’accord.

Ce n’est jamais l’humidité dans l’air extérieur qui fait pourrir le bois des structures des vieux bâtiments. La pourriture se produit quand il y a des fuites dans la plomberie, ou trop d’eau dans le sol. L’été, je recommande de ventiler en permanence (ouvrir les soupiraux de la fin du printemps au début de l’automne), afin de changer l’air et d’évacuer de possibles surplus d’humidité, quitte à ce qu’un peu d’air humide de l’extérieur entre à certains moments.

André Dumont est inspecteur en bâtiment, spécialisé dans les vieux duplex et triplex à Montréal

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires
loading...