Publicité

La Bourse ou l’immobilier?

Économie, Immobilier, Commandité
balcon d'un immeuble à condo
Un des avantages de l’investissement en immobilier: le gain de capital sur une résidence principale n’est pas taxé. (Photo: Dollar Photo Club)

L’impact de l’inflation sur le rendement immobilier: le vrai et le faux.

Dernièrement j’ai lu un article de journal sur l’inflation et l’immobilier. Et il n’était pas favorable à l’investissement dans un immeuble.

Ce n’est pas la première fois que je lis ce genre d’article. Généralement il est écrit par un « conseiller financier ». C’est toujours la même chose. Je pense qu’ils sont jaloux de nous, de vous. Ils veulent notre argent pour l’investir en Bourse. C’est correct. Je n’ai personnellement rien contre la Bourse, au contraire. Tout le monde a le droit de vivre! Mais pourrait-on seulement remettre les pendules à l’heure?

Pas d’impôt à payer

En Bourse, à chaque gain en capital, il faut payer de l’impôt. Les placements dans votre REER sont à l’abri de l’impôt… jusqu’au jour où vous le décaissez.

En Immobilier, au moins, il n’y aura pas d’impôt à payer sur la vente de votre résidence principale. Ça compte! De plus, on ne peut tout de même pas coucher dehors!

Certaines personnes aiment mieux payer 1 200$ par mois de loyer et conserver tout leur argent pour mieux l’investir! Peu de gens ont cette discipline et les rendements boursiers ne sont pas garantis. Et j’espère qu’ils ne seront pas jaloux de votre personne le jour où, à 70 ans, vous disposerez de 250 000$, 300 000$ ou 500 000$ à l’abri de l’impôt suite à la vente de votre résidence principale. C’est le genre de capital qui contribue rondement pour la retraite!

Oui, l’immobilier, comme dit l’adage, c’est de l’économie forcée. Mais il y a d’autres avantages.

Des comparaisons

Depuis quand l’inflation (qui est presque nulle depuis des années) gruge-t-elle la valeur de votre immobilier sans affecter celle de vos placements boursiers? En immobilier, l’inflation est notre ami. C’est elle qui nous enrichit. L’inflation n’appauvrit pas la valeur de l’immobilier, au contraire, elle le bonifie.

Et l’indice Dow Jones, qui joue au yo-yo depuis des années, rapportera-t-il plus sur la même période qu’un immeuble. Il a fallu attendre cinq ans avant que cet indice, qui regroupe les blue chips de la Bourse de New-York, revienne au niveau d’avant la crise économique. Ce sont cinq années perdues. De plus, à propos du Dow Jones et des autres indices boursiers, on entend très peu souvent dire qu’à tous les 10 ans, on remplace un ou deux titres de sociétés qui ont disparu, connu la déchéance, dont la capitalisation s’est effondrée ou qui ont carrément fait faillite. L’exemple de Nortel au Canada parle de lui-même. Sans cette disparition, quel serait donc le niveau de l’indice de la Bourse de Toronto aujourd’hui? À l’époque de la bulle des .com, Nortel représentait une portion effarante de l’indice torontois.

D’autre part, avec 20 000$, peut-on acheter pour 200 000$ de titres boursiers comme investisseur individuel? Non! En immobilier, oui! Avec une mise de 20 000$, on peut acquérir une résidence principale de plus de 200 000$. Ça c’est du levier!

Certes, je le reconnais, la Bourse est un domaine où je suis mal informé. Je suis toujours le dernier à apprendre que telle ou telle compagnie vient de faire la découverte d’un nouveau gisement d’or. Chaque fois, il est un peu trop tard. L’action a déjà monté de valeur de 25% ou plus. Voilà: je ne suis pas un initié. Et je ne suis pas le seul!

Par contre, en immobilier, monsieur tout le monde peut facilement devenir un expert avec un minimum d’attention et de travail.

Je vous souhaite donc bonnes transactions!

Ah oui, chers conseillers financiers, la prochaine fois que vous voudrez vendre vos services, essayez donc de ménager un peu l’immobilier, car c’est peut-être avec nos profits en immeuble que nous achetons des actions…

Cette chronique est inspirée du site Internet OKcondo.net.

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires
loading...