Publicité

Les Grands Québécois en tête-à-tête à l’église St-Denis

Culture, Histoire
Pauline Julien et La Bolduc, lors de l'exposition "Tête-à-Tête", du Musée des Grands Québécois (photo : Pierre de Montvalon)
Pauline Julien et La Bolduc, lors de l’exposition « Tête-à-Tête », du Musée des Grands Québécois (photo : Pierre de Montvalon)

René Lévesque, Pauline Julien, Pierre Bourgault, Gérald Godin, Thérèse Casgrain : femmes et hommes illustres du Québec se retrouvent exposés à l’intérieur de l’imposante église St-Denis. Il s’agit pour cette exposition du Musée des Grands Québécois de donner vie aux bancs de l’Église et de permettre aux visiteurs de s’asseoir en face d’un grand homme et d’une grande femme du Québec.

Un véritable Tête-à-Tête 

Chacun des portraits repose sur un socle pivotant arrimé sur la crête des bancs de l’église. Au recto, un portrait du personnage illustre peint par Marie-Josée Hudon, artiste-peintre et directrice-fondatrice du Musée des Grands Québécois. Au verso, une courte biographie de chacun d’eux.

Installés sur les bancs latéraux, les portraits se font écho : « il se joue comme un jeu de ping-pong, où chacun se répond, même si les différents personnages sont présentés de manière très éclatée et aléatoire sur les bancs des l’église » raconte Marie-Josée Hudon.

IMG_0128

Michel Chartrand au premier plan et Rose Ouellette « La Poune » au second (photo : Pierre de Montvalon)

Outre les figures les plus connues, c’est aussi l’occasion de (re)découvrir l’œuvre et la vie de personnages moins populaires. Marcel de la Sablonnière, qui a œuvré toute sa vie pour amener le sport chez les jeunes et à qui on doit – entre autres – le Centre Père Sablon, était une figure importante du Plateau Mont-Royal!

Redonner vie à l’église

Marie-Josée Hudon dresse tout de go un constat lourd de vérité : « Cette église, comme la majorité des églises au Québec, est totalement invisible! À l’image des rangées toutes parallèles de bancs fixés au sol, c’est rigide au boute! »

Il s’ajouter une vocation culturelle à la vocation patrimoniale de ce genre de bâtiment, « un autre genre de messe où les vivants peuvent se rencontrer » ajoute Marie-Josée Hudon.

Un autre volet à ajouter à l’église St-Denis, où les femmes sont à l’honneur : « Sur les 16 fresques de l’église, plus de 80% mettent en scène des femmes. C’est une église unique au monde! »

IMG_0140

Marcelle Ferron, artiste-peintre automatiste et verrier, signataire du « Refus global » au côté de Paul-Émile Borduas

Projet artistique

Alors qu’aujourd’hui une grande partie des églises du Québec est désertée par la population, Marie-Josée Hudon rêve de quelque chose de différent qui susciterait la curiosité des jeunes et y ramènerait la vie.

IMG_0125

Les portraits se fondent dans le décor (photo : Pierre de Montvalon)

« Il faudrait casser le moule rigide de ces institutions afin d’avoir plaisir d’y aller et d’y retourner. Je veux en finir avec cette horizontalité pesante des bancs. Pourquoi ne pas les dresser verticalement, tel un tronc? Nous sommes censés nous élever vers le divin ici! » conclut l’artiste-peintre.

Le Musée des Grands Québécois célèbre le patrimoine humain d’ici en tant que matière et sujet principal. Il présente son exposition gratuite « Tête-à-tête » en partenariat avec la Société d’histoire du Québec jusqu’au 30 août à l’église St-Denis, en face de la sortie nord du métro Laurier.

Pour les horaires d’ouverture, c’est ici :

IMG_0123

Vos commentaires
loading...