Publicité

Des murales avec l’argent des graffitis

Culture, Vie de quartier
Murale réalisée sur la façade du Café Réplika par Mono Sourcil (photo : Pierre de Montvalon)
Murale réalisée sur la façade du Café Réplika par Mono Sourcil (photo : Pierre de Montvalon)

Pas moins de quatre murales seront réalisées en septembre dans le cadre du Programme Muralité à travers les rues du Plateau Mont-Royal. « Une façon positive pour faire la lutte au graffiti et embellir la ville », souligne Catherine Piazzon, chargée des communications pour l’arrondissement.

Murale : oui, graffiti : non

Autrefois combattue au même titre que les autres formes de vandalisme, ce n’est que depuis quelques années que la murale est réellement considérée comme un art public par la Ville de Montréal. Le programme Muralité est ainsi une initiative de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal lancée en 2014 pour promouvoir cet art urbain, tout en respectant le patrimoine bâti.

« Nous valorisons beaucoup la démarche artistique présente dans chaque projet, comme la forme de réflexion, d’art et d’inscription dans la durée, [au contraire de certains graffitis qui n’ont pour démarche que le désir] de laisser sa marque, d’apposer sa signature dans un espace public ou privé », raconte Catherine Piazzon.

Graffiti situé en face de la murale de Mono Sourcil (photo : Pierre de Montvalon)

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme

Voilà trois ans que l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal réinvestit dans le programme Muralité les sommes perçues à la suite des interventions de répression du graffiti effectuées par le SPVM. Sur les 34 000 $ de budget annuel, une partie vient de l’argent du nettoyage de graffiti alloué par le Ville et le reste provient de ces contraventions aux tagueurs pris en flagrant délit.

« Les murales sont généralement plus respectées », note Catherine Piazzon. Ce qui permet donc à l’arrondissement une certaine forme de prévention dans le cadre de sa lutte contre les tags et les graffitis.

IMG_9989

La façade du café Réplika sur la rue Rachel au croisement Laval (photo : Pierre de Montvalon)

Collaboration entre arrondissement, propriétaire et artiste

L’arrondissement effectue des appels de dossiers auprès d’artistes ou de collectifs qui se chargent ensuite de rencontrer le propriétaire intéressé et de trouver le financement. Jusqu’à 60 % du budget total pour réaliser la murale est pris en charge par le programme.

Cette année, cinq murales sont au programme. La première, réalisée en juillet par l’artiste Mono Sourcil, peut être découverte au coin Rachel et Laval. Les quatre autres seront réalisées tout au long du mois de septembre. L’artiste MC Baldassari lance le bal le lundi 5 septembre au coin Garnier et Mont-Royal, sur le bâtiment du centre communautaire Le Beau Voyage. L’occasion d’y aller faire un tour!

Pour (beaucoup) plus de détails et pour faire une demande au programme, c’est ici.

Vos commentaires
loading...