Publicité

Quatre saisons et nouvelle direction à La Chapelle

Culture
Le programmation 2016/2017 du Théâtre La Chapelle est lancée!
Le programmation 2016/2017 du Théâtre La Chapelle est lancée!

Le Théâtre La Chapelle prend une toute nouvelle direction cette saison grâce à Oliver Bertrand, arrivé l’année dernière aux commandes du théâtre. Assumer son rôle de catalyseur de projets de la relève, développer l’assise des artistes émergents et s’ouvrir à son quartier, tels seront les défis du nouveau directeur, dont la programmation est dévoilée le 15 août :

PIERRE DE MONTVALON : Après un an d’expérience montréalaise à la barre de La Chapelle, qu’en est-il ?

OLIVIER BERTRAND : Je suis arrivé avec une certaine connaissance et pas mal d’informations sur le contexte et le lieu. Tout le temps passé depuis que je suis ici a été consacré à énormément de rencontres, que ça soit les artistes, les institutions, quelques politiques : un nouveau contexte pour moi.

Une des grandes chances ici à La Chapelle, c’est que ça sera possible de prendre beaucoup plus de risques que j’en ai jamais pris par rapport aux lieux où je travaillai avant. Parce que c’est la mission du lieu. Et je trouve ça formidable. Ça permet effectivement de s’engager sur des première, deuxième œuvre, même si on n’a jamais rien vu. C’est un endroit de découvertes et qui doit prendre le risque, qui a ce goût du risque, et qui ose s’engager sur des projets.

Olivier Bertrand et le premier concerto de la programmation 2016/2017 du théâtre La Chapelle (photo : Élodie Oursel)

Olivier Bertrand et le premier concerto de la programmation 2016/2017 du théâtre La Chapelle (photo : Élodie Oursel)

Quelle est la place de La Chapelle dans le paysage théâtral montréalais, québécois ?

La Chapelle a eu 26 ans en mai dernier. Aujourd’hui, j’arrive avec la mission qui a toujours été celle de la Chapelle : le multidisciplinaire ; on parle de tout : du théâtre, de la musique, de la danse, du cirque, voire des arts visuels. Cela ne nous empêche pas d’être sur une discipline unique, le tout c’est que sur une saison, les choses se brassent et se croisent.

La Chapelle doit rester du côté de la relève mais doit garder une attention très forte sur les gens qui ne sont plus de la relève ; parce qu’il y a comme un petit manque entre la relève et les artistes confirmés ; il y a un grand nombre d’artistes qui amènent des projets très intéressants et mais ne sont plus considérés comme des gens de la relève et n’ont pas non plus l’assise de certaines grandes personnalités des arts vivants. La Chapelle doit être aussi être présent auprès d’eux.

La programmation 2016-2016 se déploie sur quatre saisons. Est-ce la patte Olivier Bertrand ?

Je reste avec une mission, je vais la mener avec une patte personnelle. Plutôt de parler de couleur artistique ou d’une autre, la question qui m’importe est celle de l’accueil : des artistes comme et du public. De créer dans un lieu qui s’y prête encore de plus de convivialité, de proximité et de relations entre les artistes –entre eux même, parce que beaucoup ne se connaissent et ne se croisent pas durant une même saison – et le public et les artistes. Une question fondamentale que je me pose est comment lier toutes les parties prenantes – public, équipe, artistes- de La Chapelle entre eux.

C’est dans cette esprit que nous allons lancer le [email protected] La Chapelle : faire en sorte que cet espace là soit un espace un peu plus occupé. Et ça peut concerner tant les équipes et le public que des partenaires, comme les conférences organisées par Upop, une université populaire.

logique_du_pire__Étienne Lepage et Frédérick Gravel(@)©www.photoman.ca--

« Logique du pire » d’Étienne Lepage et Frédérick Gravel, présenté en novembre à La Chapelle (photo : gracieuseté du Théâtre)

Parlez-vous aux commerçants environnants ? 

Parfois oui ! Et pourquoi pas organiser les [email protected] La Chapelle dans un bar du voisinnage ! Des choses comme ça.

Beaucoup de gens du quartier ne nous connaissent pas et le Café M, qui est presque notre 2e bureau, nous le dit lui même. Je vais d’ailleurs participer à une réunion publique à propos du passage de la rue Guibeault. Un moment de réflexion et d’échange avec les gens du quartier, et ça nous importe ! C’est au cœur des questions que nous nous posons maintenant : comment faire en sorte que l’on soit effectivement plus présent dans la vie de quartier. Aujourd’hui nous le sommes, mais de manière très modeste.

Et je crois qu’il y a une belle porte à ouvrir en grand. Des choses simples : c’est un lieu accessible, organiser des visites avec les gens du quartier. Par exemple, nos bâtiments sont dans situé dans la copropriété qui héberge la Maison Saint-Dominique, des logements sociaux pour personnes avec des problèmes de santé mentale. Nos voisins ! Essayons donc de travailler ensemble, essayons de faire en sorte que les gens qui habitent ici nous rencontrent, boivent un café, assistent à un spectacle. Rien que ça me paraît être une évidence !

La Chapelle ouvre son année théâtrale le 8,9 et 10 septembre avec une série Short & Sweet : des soirées aussi festives que créatives où les artistes prennent des risques et offrent des créations éphémères de 3 minutes maximum.

 

Vos commentaires
loading...