Publicité

Virage web pour Miss Choco

Économie
Karine Chrétien Guillemette et Jacques Dussault dans la boutique La Tablette de Miss Choco. (Photo: Stéphane Desjardins)
Karine Chrétien Guillemette et Jacques Dussault dans la boutique La Tablette de Miss Choco. (Photo: Stéphane Desjardins)

Miss Choco entreprend une transformation en profondeur de son modèle d’affaires : les ventes se feront désormais uniquement sur Internet.

« Nous abandonnerons notre boutique de l’avenue du Mont-Royal le 25 septembre pour nous concentrer sur un modèle de distribution 100 % en ligne, explique la propriétaire Karine Guillemette. Il s’agit d’une transformation en profondeur de notre modèle d’affaires, qui passe désormais par la distribution en ligne et l’organisation d’événements axés sur l’éducation autour du concept de chocolat bean-to-bar, que nous défendons depuis notre lancement, il y a deux ans et demi. » L’entreprise conserve son siège social et un entrepôt sur le Plateau.

Miss Choco (le nom ne comprend plus « La Tablette de ») travaille à une nouvelle version de son site Internet, à partir duquel les consommateurs pourront loger leurs commandes. Le site contiendra plus d’informations sur tous les produits actuellement disponibles à la boutique. On pourra donc acheter en ligne et recevoir sa commande chez soi. « Nous allons lancer un service de livraison gratuite sur Plateau », ajoute Mme Guillemette.

Miss Choco va aussi développer son volet de distribution exclusive de certains produits d’importation auprès des commerçants québécois. L’entreprise compte déjà plusieurs clients, notamment des chocolateries, mais aussi des commerces d’alimentation, des cafés et des microbrasseries, dont quelques-uns sur le Plateau. « Nous allons offrir une formation aux employés des commerces chez qui nous distribuons nos produits afin qu’ils maîtrisent mieux le concept de bean-to-barn, les étapes de fabrication de nos produits ainsi que le niveau de qualité, car nos chocolats sont des produits de spécialité haut de gamme. »

La décision, qui fut prise en février dernier, n’a pas été facile, admet Mme Guillemette. « On aime nos clients et on adore échanger avec eux. Mais la vente au détail demande beaucoup de temps. Notre structure est très lourde et nous voulons être davantage mobile. Notre avenir passe davantage par l’organisation d’événements et une présence accrue sur le web. »

De fait, Miss Choco aura un automne chargé avec plusieurs participations à de nombreux événements et salons, dont le Marché Casse-Noisette au Palais des Congrès et celui de la Place Jacques-Cartier, tous deux en décembre.

Vos commentaires
loading...