Publicité

Des taches blanches sur la brique

Immobilier, Commandité
Efflorescence
La brique de votre habitation présente des taches blanches à sa surface? (photo : André Dumont/Inspecteur D)

Vous avez repéré des taches blanches sur la brique d’une maison ou d’un immeuble? Il s’agit de sels minéraux qui migrent dans la brique avec l’humidité. On appelle ça de l’efflorescence.

efflorescence

Sur les constructions neuves, l’efflorescence est tout à fait normale. Elle partira avec la pluie. (photo : André Dumont/Inspecteur D)

Sur le Plateau-Mont-Royal, l’efflorescence se manifeste sur les bâtiments neufs et sur les bâtiments anciens qui ont subi des travaux d’entretien ou de rénovation. Les taches blanches en soi ne sont pas un problème. Par contre, elles sont toujours un indice qu’il se passe quelque chose dans l’enveloppe du bâtiment.

La brique et le mortier sont des matériaux poreux, qui absorbent l’humidité en provenance de l’extérieur et de l’intérieur. Quand « l’éponge » que sont ces matériaux s’assèche, l’humidité migre vers les faces, entraînant avec elle les sels qu’ils contiennent. Une bonne pluie et la plupart de ces dépôts salins disparaissent.

Sur les bâtiments neufs, il est tout à fait normal d’observer de l’efflorescence. Sa distribution sera aléatoire ou concentrée aux endroits les plus touchés par l’eau de pluie. La brique et le mortier neufs contiennent encore beaucoup de sels. L’efflorescence se manifeste en force la première année et réapparait de moins en moins les années suivantes.

Ce phénomène peut aussi se manifester à la suite de réparations sur un mur de brique existant. Ici encore, ce seront les briques neuves qui suinteront ou qui communiqueront leurs sels aux briques voisines plus anciennes.

Problème d’enveloppe

Lorsque la brique n’est pas d’installation très récente, l’efflorescence est le reflet d’un problème d’humidité dans le revêtement extérieur. Il peut y avoir infiltration d’eau ou apport démesuré d’humidité en provenance de l’intérieur du bâtiment.

efflorescence

Ces taches blanches sont des dépôts de sel. Si la maçonnerie n’est pas d’installation récente, il y a un problème. (photo : André Dumont / Inspecteur D)

Il pourrait y avoir une fuite d’air chaud vers l’intérieur de la cavité murale, notamment par temps froid. L’humidité contenue dans l’air chaud se condense au contact du parement de brique froid. L’eau de condensation est absorbée par la brique.

Il peut aussi s’agir d’un toit mal ventilé, de contre-solins ou de tôles du parapet mal installés, de pellicules pare-vapeur déficientes à l’intérieur ou d’une mauvaise préparation du mur avant la pose de la nouvelle maçonnerie.

Il pourrait aussi y avoir infiltration d’eau à partir du toit. Si l’efflorescence revient ainsi chaque année, le bois derrière la façade pourrait être complètement imbibé d’eau, voir pourrit.

« L’efflorescence nous parle », disent les experts en parements de maçonnerie. L’air chaud de l’intérieur dépose son humidité sur la brique et lorsque le soleil la chauffe, l’humidité migre vers l’extérieur avec les sels qu’elle contient.

C’est rarement la brique et le mortier qui sont en cause. Le mur de maçonnerie fait son travail : il absorbe l’humidité du bâtiment et l’évacue. Sur un bâtiment de plus de 10 ans, l’efflorescence abondante ou répétitive mérite d’être examinée par un expert. L’eau qui traverse la brique pourrait aussi être en train d’alimenter des moisissures dans les murs!

André Dumont est inspecteur en bâtiment et chroniqueur

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires
loading...