Publicité

Briser la routine métro, boulot, resto

Économie
À peine un mois après le lancement du service de livraison de repas surgelés, Créalunch a déjà servi environ 1000 repas, affirme le cofondateur de Créalunch, Valentin Millet.
À peine un mois après le lancement du service de livraison de repas surgelés, Créalunch a déjà servi environ 1000 repas, affirme le cofondateur de Créalunch, Valentin Millet. (photo tirée de la page Facebook de l’entreprise)

Une jeune entreprise du Plateau offre un service de livraison de repas prêts-à-manger comme alternative au resto du midi.

« C’est un marché en plein boom », constate le cofondateur de Créalunch, Valentin Millet. À peine un mois après le lancement du service, l’entreprise a déjà servi environ 1000 repas, affirme-t-il.

Une tendance mondiale

C’est que le prêt-à-manger est particulièrement populaire chez les jeunes, en général, et, en particulier, chez les jeunes professionnels qui sont de plus en plus nombreux sur le Plateau.

« Les consommateurs âgés de 18 à 34 ans mangent plus souvent au restaurant le midi que les consommateurs de tout autre groupe d’âge », relevait en 2012 un rapport d’Agriculture et Agroalimentaire Canada sur les tendances mondiales de la consommation qui précise que « plus de la moitié de leurs achats de produits de restauration sont des mets à emporter ».

En 2012, près de deux personnes sur 3 au Canada allaient au restaurant au moins une fois par semaine le midi, déboursant entre 7 et 13 $ par repas, selon un sondage cité par la Presse Canadienne. D’après la même source, seule une personne sur deux au Québec préparait quotidiennement un lunch à la maison.

« La plupart de nos clients commandent à chaque semaine », indique pour sa part Valentin Millet qui précise que les clients peuvent choisir leurs plats à partir d’un menu en ligne renouvelé à chaque semaine.

Économique et écologique

Offerts au coût d’environ 8 $, les plats surgelés de Créalunch font concurrence aux plats préparés vendus en supermarché et au menu du midi de la plupart des restaurants.

Les repas maison ne contiennent aucun produit transformé, assure Valentin Millet. « On privilégie les produits bio et naturels », ajoute-t-il en précisant qu’il fait principalement affaire avec des fournisseurs locaux, comme la Boucherie des Érables, pour ses approvisionnements.

Créalunch s’inscrit ainsi dans une approche de cuisine gourmet prêt à manger qui n’est pas sans faire penser à celle de Mathieu Groussard ou de Jérôme Pelletier.

Partageant un souci d’écologie et d’efficacité qui fait école, l’entreprise qui, comme d’autres jeunes entreprises d’alimentation locale, mise sur le commerce électronique a opté pour la livraison à vélo.

Vos commentaires
loading...