Publicité

Centraliser les demandes d’initiatives culturelles : quelles problématiques ?

Culture, Vie de quartier
Concert à Duluth en’ Arts (photo : gracieuseté du festival)

L’arrondissement du Plateau-Mont-Royal a lancé la semaine dernière un programme de soutien aux actions culturelles ainsi que quatre appels de projets, afin de rendre équitable le processus d’attribution des projets culturels.

Afin de centraliser les demandes d’initiatives culturelles, artistes et OBNL devront passer par un des deux programmes pour obtenir le soutien financier et logistique de la part de l’arrondissement.

Quatre secteurs à dynamiser

Les appels de projets concernent quatre secteurs que l’arrondissement priorise dans ses plans de développement et d’actions culturels :

  • Le Plateau-Est, quartier un peu excentré de la vie culturelle de l’arrondissement; il s’agit de revitaliser le secteur en redistribuant l’action culturelle.
  • La rue Prince-Arthur Est. Alors l’artère commerciale est en chantier, l’arrondissement espère dédier la rue à la danse. Durant le mois d’octobre, le projet de danse urbaine Insomniaque est venu s’approprier la rue.
  • Le Parc des Compagnons-de-Saint-Laurent où deux peupliers morts en 2015 attendent d’être transformés en œuvre d’art.
  • L’avenue Duluth et la placette au croisement avec la rue Laval qui accueillent le festival de musique Duluth En’Arts depuis maintenant six ans.

Que ce soit par les appels de projets ou par le programme de soutien aux actions culturelles, dynamiser les artères commerciales en y proposant des animations culturelles est un aspect important du programme. Commerçants, résident et artistes y sont gagnants.

Les deux peupliers morts qui attendent leur transformation en oeuvre d'art (photo : Pierre de Montvalon)

Les deux peupliers morts qui attendent leur transformation en œuvre d’art (photo : Pierre de Montvalon)

Équité du processus

Suite à de nombreuses demandes d’appui logistique et financier, l’arrondissement a décidé d’adopter ce processus afin de normaliser les pratiques. Le budget de 145 000 $ alloué au programme sera distribué aux artistes et OBNL de façon équitable.

« Tout le monde va passer par l’appel de projets », précise Catherine Piazzon, chargée de communication auprès de l’arrondissement.

Délai maximal trop long?

Cependant, les délais de réponse trop longs — vers février/mars — peuvent compliquer l’organisation et la préparation des projets. C’est une problématique majeure pour le festival Duluth En’Arts, dont la programmation s’étale sur plusieurs mois, et l’organisation sur l’année.

« Préparer le festival est un long processus, explique Gilles Bédard, directeur de Duluth En’Arts. Les musiciens que j’espère avoir pour le festival préparent leur saison 2017 dès maintenant. Je ne pourrais pas organiser le festival en quelques semaines sans que la qualité des musiciens présentés soit grandement affectée. »

Pour plus de détails concernant le programme :

Vos commentaires
loading...