Publicité

Le « Art Lounge Montréal », espace ouvert

Culture, Vie de quartier
Le "Art Lounge Montréal" (photo : Pierre de Montvalon)
Le « Art Lounge Montréal » (photo : Pierre de Montvalon)

À la fois galerie, café, restaurant, librairie, et plateforme créatrice, le Art Lounge Montréal offre un espace multidisciplinaire au cœur du Mile-End, dans le bâtiment du 160, Saint-Viateur Est.

Espace polyvalent

Ouvert depuis le 15 septembre, le Art Lounge Montréal propose un espace unique dans le quartier. « C’est une plateforme ouverte, un espace polyvalent et malléable où chaque personne, chaque artiste y prend son rôle », explique Nino Azzi, fondateur du lieu.

De la même manière que son voisin Frank + Oak qui allie café, barbier et vente de vêtement, ou le Blue Dog sur Saint-Laurent — barbier le jour, bar la nuit —, ou l’opticien George LaounArt Lounge Montréal fait partie de ces commerces qui ont choisi de décloisonner leurs activités.

Même si la vocation principale de l’espace est l’exposition d’art visuel, la fonction multidisciplinaire de l’endroit reste primordiale. Service de restauration le midi, café en tout temps et petite librairie permettent au lieu d’interagir plus souplement avec la communauté environnante.

Lutter contre l’intimidation

L’idée de Nino Azzi est claire : il s’agit « d’abolir l’aspect intimidant des galeries d’art traditionnelles. » Le fondateur, étudiant à New York dans les années 90, se souvient du léger malaise qu’il avait avec les galeries de la ville. « Je ne me sentais pas à l’aise dans ces lieux », raconte-t-il. Espaces épurés, blancheur des murs, et situées dans les étages d’une tour, ces galeries lui faisaient « ressentir un sentiment d’intimidation » à l’époque.

Nino Azzi, d’origine libanaise, enregistre le concept dans la Grande Pomme avant de matérialiser son idée à Beyrouth. « Je voulais créer une atmosphère agréable, ouverte à tous. » La fin de la guerre du Liban dans les années 90 amène beaucoup d’espoir pour les jeunes entrepreneurs comme Nino Azzi, désireux de reconstruire leur pays. Malheureusement, l’assassinat en 2005 de Rafiq Hariri, ancien premier ministre, vient doucher ses espoirs. Art Lounge Beyrouth voit le jour, mais son fondateur a le regard ailleurs.

Marié à une Montréalaise, Nino Azzi décide d’installer son concept dans le Mile-End, afin d’être proche des artistes. « Je voulais un endroit inspiré du pop-art, avec quelque chose d’industriel, et de l’espace pour respirer », explique-t-il.

Le Art Loung Montréal propose aussi un menu pour le midi et le soir (photo : Pierre de Montvalon)

Le Art Loung Montréal propose aussi un menu pour le midi et le soir (photo : Pierre de Montvalon)

Performances multidisciplinaires et accessibilité

Klara, détentrice d’une maitrise en danse de l’UQAM, est cuisinière/serveuse le jour pour Art Lounge Montréal. Elle a pris l’initiative d’organiser une série de performances de danse contemporaine, présentée le vendredi 25 novembre.

« J’ai fait un appel à projets qui a eu plutôt du succès et nous présentons une dizaine de performances in situ, qui vont du swing à du théâtre dansé, détaille-t-elle. C’est un bon moyen pour faire sortir la danse de la scène et des salles de spectacle! »

Art Lounge Montréal propose aussi des expositions de manière régulière. Jusqu’au 30 novembre, le peintre Étienne Côté présente ses œuvres dans l’espace. À partir du 9 décembre, un collectif de photographes brésiliens sera exposé sur les murs de la galerie.

Vos commentaires
loading...