Publicité

« Migration » chez George Laoun Opticien

Culture
Ba Co Gai Dep (Vietnam), 2010 par Marcel H Poirier
Ba Co Gai Dep (Vietnam), 2010 par Marcel H Poirier

La lunetterie Georges Laoun accueille l’exposition « Migration » du peintre Marcel H. Poirier. Femmes girafes thaïlandaises, familles Hmong, rizières vietnamiennes en peinture seront présentées jusqu’au 2 décembre.

Oiseau migrateur amoureux de l’Asie

En près de 40 ans de carrière, Marcel H. Poirier a une œuvre prolifique. Il commence les expositions solo et de groupe à partir des années 80, et ce dans plusieurs villes du Québec et du Canada, et au Mexique. La perte de sa conjointe en 2001 marque une rupture. « J’étais désemparé ; je voulais transporter son âme le plus loin que je pouvais » raconte t-il.

C’est à l’autre bout du globe, en Asie, où il n’était jamais allé auparavant, qu’il va trouver la paix. « J’étais fasciné par tout : les odeurs, les tissus, les couleurs, la philosophie ». Il croque alors ce que ses sens découvrent.

L’exposition « Migration » est le résultat de ces migrations hivernales ; « je fous le camps à chaque hiver » dit-il, non pas à destinations de la Floride, mais du Vietnam, des Philippines, de la Thaïlande, de la Chine.

« Riopelle est mort? Vive Riopelle! »

Car si les peintures de Marcel H. Poirier réussissent quelque chose, c’est bien d’exciter les cinq sens. Une chaleur se dégage des toiles par les couleurs vives employées, les mises en scène de la vie quotidienne, les femmes en costumes traditionnels et les visages sans traits.

« Je ne suis pas un photographe, j’interprète avec mes pinceaux ce que je vois » explique le peintre. « La peinture va continuer, elle est là pour rester », malgré le tout numérique que l’on voit chez beaucoup de jeunes artistes.

Lunettes et "Migration" à Georges Laoun Opticien (photo : Pierre de Montvalon)

Lunettes et « Migration » à Georges Laoun Opticien (photo : Pierre de Montvalon)

Les opticiens Laoun, les arts dans le sang.

Voici plus de 25 ans que la famille Laoun accueille et expose des artistes montréalais dans les deux succursales de la lunetterie familiale. « Cette dimension artistique est tellement importante pour nous » explique Jennifer Laoun-Rubenstein, petite fille du fondateur et en charge du volet artistique de l’entreprise.

Chaque année, celle-ci reçoit entre 75 et 100 demandes d’exposition. L’entreprise offre gratuitement ses espaces aux artistes pour qu’il puisse exposer. « C’est autant un investissement personnel que financier de notre part. Mais quel bonheur! Ça nous fait sortir de nos quatre murs! » raconte t-elle avec un grand sourire.

« Migration » par Marcel H. Poirier jusqu’au 2 décembre au Georges Laoun Opticien sur la rue Saint-Denis.

Ermita, Manilla, 2010 par Marcel H. Poirier

Vos commentaires
loading...