Publicité

Levée d’obligations communautaires pour le Cinéma du Parc 

Économie, Vie de quartier
(photo : Pierre de Montvalon)
(photo : Pierre de Montvalon)

Afin de se lancer dans des projets de rénovation, le Cinéma du Parc a pour objectif d’émettre pour 100 000$ de dette sous forme d’obligations communautaires.

Jusqu’au 31 janvier, le cinéma du Parc est en campagne de financement afin de se lancer dans la rénovation des sièges de deux de ses salles. « Le cinéma du Parc a bientôt 40 ans, il y a des choses qui ont besoin d’être changées, explique son directeur, Mario Fortin. Avec les obligations communautaires, nous voulons rejoindre des gens qui tiennent à cœur le développement du cinéma, et ce, tout en faisant fructifier leur argent » 

Émission de dette pour OBNL

Pour tout OBNL, le financement est le nerf de la guerre. Fonds propres et fonds publics ne peuvent parfois par suffire, il faut alors diversifier les sources de financement. « Nous devions être innovant pour aller chercher de l’argent, raconte Mario Fortin. Ce genre de financement convenait mieux à notre plan de développement et aux nombreux projets que nous avons l’intention de mener. »

L’obligation communautaire est un type d’endettement spécifique aux organismes à but non lucratif (OBNL). Cette forme d’obligation a été récemment autorisée par l’Autorité des marchés financiers, sous réserve de plusieurs conditions. Les organismes y ayant recours ne peuvent faire de publicité, doivent fournir un document explicatif ainsi qu’un « document de prise de conscience de risque ».

Les obligations communautaires sont assujetties aux mêmes règles que les obligations gouvernementales. Dans le cas du Cinéma du Parc, chaque obligation a une valeur nominale de 500$, une échéance de 5 ans et un taux annuel de 2%. Paiement des intérêts et remboursement du capital sont effectués à l’échéance. Les obligations communautaires ont donc l’avantage d’avoir un taux moindre comparé à ceux proposés par les institutions bancaires (source : Banque du Canada)

Financement participatif pair-à-pair

La campagne s’inscrit dans un projet pilote de l’organisme Territoires innovants en économie sociale et solidaire (TIESS), en compagnie d’autres OBNL comme le Bâtiment 7 ou le Grand Costumier qui ont recours à cette forme d’endettement. « Les obligations communautaires existent déjà en Ontario. Mais au Québec, c’est tout nouveau, nous tâtons le terrain! » explique le directeur du Cinéma du Parc.

Les obligations communautaires font partie du processus de désintermédiation du secteur du financement. Une initiative comme celle-ci permet aux les particuliers d’investir directement leur argent dans les projets qui leur tiennent à cœur. «Et ça fait un beau cadeau de Noël, une obligation du Cinéma du Parc! » ajoute avec humour M. Fortin.

Pour plus de détails, consulter la page de la campagne. Pour souscrire, contactez le Cinéma du Parc à l’adresse obligations [at] cinemaduparc.com.

Vos commentaires
loading...