Publicité

Le Divan Orange menacé de quitter le Plateau ?

Culture, Vie de quartier
(photo : Pierre de Montvalon)
(photo : Pierre de Montvalon)

C’est en tout cas une porte laissée ouverte par Lionel Furonnet, directeur de programmation du Divan Orange, alors que la fameuse coopérative de spectacles fait face à d’importantes difficultés financières.

Après l’Inspecteur Épingle, fermé en mars 2016, et les Bobards, fermés en octobre 2015, le Divan Orange a lancé une campagne de sociofinancement pour ne pas tomber dans le gouffre. « Est-ce que nous serons les suivants? Peut-être. Mais en tout cas, il y a quelque chose de systémique qui se déroule dans le Plateau », explique-t-il.

Environnement précaire

Le contexte d’affaires est devenu particulièrement rude pour les petites salles de spectacles. Dans le cas du Divan Orange : travaux sans fin sur le boulevard Saint-Laurent, plaintes de bruit, interventions policières, amendes répétées et augmentation du loyer ont entamé progressivement la stabilité financière de la salle. « On a tellement coupé dans nos charges et dans nos salaires qu’on se demande ce qu’il reste à baisser! », s’exclame-t-il avec dépit.

Malgré une aide financière de 50 000 $ accordée en 2015 par la Ville de Montréal et de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, les mêmes problèmes perdurent. « Notre modèle actuel est déficitaire. Nous aurions besoin d’un apport représentant 10 % de notre budget pour rester viable », explique Lionel Furonnet.

René Flageole, le programmateur musical du Verre Bouteille, bar spectacle qui a fêté ses 20 ans récemment, se considère comme chanceux : le Verre Bouteille n’a pas eu à faire face à des plaintes de bruits répétées de la part du voisinage. « On se croise les doigts, mais cet aspect est pour ainsi dire le talon d’Achille des petits lieux de spectacles », admet-il.

Un écosystème fragile

Depuis son ouverture, le Divan Orange propose des spectacles, concerts et performances musicales presque tous les soirs de la semaine. Des chanteurs alors inconnus comme Safia Nolin, Loco Locass, Bernard Adamus et Cœur de Pirate se sont produits sur sa scène.

« Il faut que je fasse 1000 $ de revenu au bar pour rentrer dans mes coûts. C’est beaucoup, explique Lionel Furonnet. En raison de notre mandat de promotion des musiques émergentes, on est jamais certain qu’il y aura du monde et surtout assez de monde pour ne pas perdre d’argent. »

Les petites salles de spectacles qui participent à ce bouillonnement artistique et culturel sont au cœur de l’identité du Plateau Mont-Royal. Le musicien Vincent Stephen-Ong est à l’origine du site « Sauvons le Plateau », lancé comme un appel après une intervention de la police durant un de ses spectacles au bar Les Bobards, fermé depuis.

Selon lui, le Plateau Mont-Royal est un exemple du problème de cohabitation entre résidents et vie nocturne. « D’un côté, les personnes emménagent sur le Plateau pour ses restaurants et sa vie nocturne, et de l’autre, elles se plaignent du bruit occasionné par la communauté de la nuit. Il s’agit de savoir ce que l’on veut! », déplore-t-il.

Changer de modèle

C’est précisément cet écosystème que veulent préserver les acteurs du milieu. « Les bars spectacles ne sont pas des coquilles vides! », s’exclame le programmateur du Divan Orange. Les acquis, les ressources du lieu et le réseau d’artistes forment un « échiquier » qui, d’après lui, n’est pas encore compris par les institutions publiques.

Afin de préserver cet écosystème culturel, Lionel Furonnet propose de changer le statut des petites salles. « Aujourd’hui, nous travaillons à la reconnaissance de la part des institutions publiques de l’importance des bars-spectacles dans l’écosystème culturel montréalais », explique-t-il.

Même si l’option de déménager reste, l’équipe du Divan Orange n’abandonnera pas de sitôt et compte convaincre Conseil des Arts de Montréal, SODEC et Conseil des Arts et des Lettres du Québec de soutenir les petites salles de spectacles. Pour amorcer la réflexion sur les scènes alternatives et leurs défis financiers, la coopérative de spectacles servira de projet pilote à une étude menée conjointement avec l’École des HEC.

Mais en attendant, le Divan Orange a toujours besoin de 20 000 $ pour financer ses activités quotidiennes. Pour participer à la campagne, consulter la page GoFundMe de la campagne.

(Une précédente version indiquait une subvention de 25 000$ accordée par la Ville de Montréal et le Plateau Mont-Royal. Or chacune des institutions municipales a subventionné le Divan Orange à hauteur de 25 000$, ce qui constitue une subvention totale de 50 000$)

Les erreurs de médication peuvent sembler occasionnelles, mais la plupart des erreurs peuvent être évitées. Divers médicaments sont utilisés pour traiter les infections de l’oreille, d’autres pour trancher d’autres problèmes. Actuellement, douze pour cent des hommes de 40 à 70 ans étaient incapables de maintenir une érection pendant les rapports sexuels. Mais ce n’est pas une partie naturelle du vieillissement. Aujourd’hui, des articles variants ont été publiés sur Cialis pour les femme. De quoi parlent les scientifiques Cialis pour les femme? (Lire la suite Cialis pour les femme). Faible désir n’est pas la même chose que l’impuissance, mais beaucoup de mêmes points qui étouffent une érection peut également réduire votre désir. Si vous avez des nuisances à obtenir une érection, il est important de fréquenter un médecin certifié avant de poursuivre tout type de traitement. Enfin Kamagra peut également être utilisé pour résoudre d’autres plaintes comme déterminé par votre pharmacien.

Vos commentaires
loading...