Publicité

Les terrasses et placottoirs bientôt de retour

Économie
Les commerçants de la rue Prince-Arthur Est, réaménagée l'an dernier, n'auront pas à défrayer pour l'étude de leurs demandes de permis cette année.
Les commerçants de la rue Prince-Arthur Est, réaménagée l’an dernier, n’auront pas à défrayer pour l’étude de leurs demandes de permis cette année. (photo : Simon Van Vliet)

Alors que la plus grosse tempête de l’hiver faisait rage la semaine dernière, l’arrondissement du Plateau Mont-Royal annonçait le retour des terrasses.

Adoptés lors du conseil d’arrondissement du 6 mars, les changements au programme et à la réglementation sur les terrasses et les placottoirs prévoient une réduction des tarifs et plus de flexibilité pour les demandes de permis.

« Ça va dans le bon sens », estime le directeur de la Société de développement de l’Avenue du Mont-Royal (SDAMR), Charles-Olivier Mercier qui souligne la réduction des tarifs contribue à limiter les hausses de charges pour les commerçants affectés par l’augmentation des valeurs foncières.

Les aménagements sur le domaine public font d’ailleurs partie de la stratégie de la SDAMR pour dynamiser la portion Est de l’avenue, qui a vu naître le plus grand placottoir du Plateau l’an dernier.

Pas de frais pour les terrasses sur Prince-Arthur

Dans le cas de la rue Prince-Arthur Est, qui a été entièrement réaménagée l’an dernier, l’arrondissement a renoncé à exiger des frais pour l’étude des demandes de permis de terrasse.

« Ils essaient simplement de nous donner un coup de pouce cette année », se réjouit la propriétaire du Café Mezcal, Sheila Arias, qui est également trésorière de l’Association de gens d’affaires de la rue Prince-Arthur.

Certains commerces n’auront pas survécu aux travaux. C’est le cas notamment du Orange Burger & Brunch, dont les propriétaires s’inquiétaient l’an dernier de l’impact du réaménagement sur leur commerces. Le projet, dans le cadre duquel toutes les terrasses seront installées au centre de la rue, ne faisait pas l’unanimité à l’origine.

« On ne sait toujours pas comment ça va fonctionner », reconnaît Sheila Arias qui estime toutefois que le fait que les gens circulent le long des commerces plutôt qu’au centre de la rue sera « bénéfique au final ».

Le placottoir : une innovation remarquée 

« Le Plateau a été un précurseur dans l’aménagement du domaine public, fait valoir le conseiller de la ville du district de Jeanne-Mance et responsable du dossier des terrasses dans un communiqué émis la semaine dernière. Après avoir été le premier à permettre les cafés-terrasses sur chaussée sur les artères commerciales en 2011, Le Plateau a mis sur pied le premier programme de placottoir gratuit et ouvert au public à Montréal en 2014. »

Les placottoirs ont d’ailleurs été remarqués l’an dernier par le Project for Public Spaces. Ces aménagements « incarnent une volonté politique de prioriser l’espace public sur les voitures privées », souligne l’organisme de référence en matière d’aménagement convivial de l’espace urbain, fondé et présidé par le « pape de l’urbanisme citoyen », Fred Kent.

Vos commentaires
loading...