Publicité

Salle comble au conseil d’arrondissement

Élus, politique
Une bonne partie de ce nombreux public était en fait composé de membres de la coopérative l’Égali-terre et de l’OBNL d’habitation Utopie créatrice, venus exprimer leur exaspération d'être toujours en attente de prendre possession de leurs deux immeubles construits en inclusion dans le cadre du vaste complexe de condos Clermont de MONDEV. (photo : Simon Van Vliet)
Une bonne partie de ce nombreux public était en fait composé de membres de la coopérative l’Égali-terre et de l’OBNL d’habitation Utopie créatrice, venus exprimer leur exaspération d’être toujours en attente de prendre possession de leurs deux immeubles construits en inclusion dans le cadre du vaste complexe de condos Clermont de MONDEV. (photo : Simon Van Vliet)

La maison de la culture était bondée lundi soir pour la séance mensuelle du conseil d’arrondissement.

En l’absence du maire Luc Ferrandez, qui avait pris congé pour la relâche, c’est la mairesse suppléante et conseillère d’arrondissement du district Jeanne-Mance, Christine Gosselin, qui présidait la séance.

« Ça fait du bien de voir une salle comble », s’est-elle réjouie à l’ouverture du conseil pendant le mot des élus.

Quand le logement social passe deuxième…

Une bonne partie de ce nombreux public était en fait composé de membres de la coopérative l’Égali-terre et de l’OBNL d’habitation Utopie créatrice, qui attendent toujours de pouvoir prendre possession de leurs deux immeubles construits en inclusion dans le cadre du vaste complexe de condos Clermont de MONDEV.

Le projet qui a souffert de nombreux délais au stade de la construction continue à traîner en longueur, ont dénoncé tour à tour la présidente de la coopérative, Lynne Dionne, et le président de l’OBNL, Dary Lavallée, qui demandent à l’arrondissement de mettre en place des mécanismes plus contraignants en matière d’inclusion de logements sociaux dans des projets privés.

Le conseiller de Ville du Mile-End, Richard Ryan, s’est dit désolé de constater que le « niaisage » du promoteur continue de retarder l’aboutissement de ce projet de logement communautaire, mais explique que l’arrondissement a peu de prise sur ce type de dossier qui relève d’un « litige privé ».

Faisant écho à une motion déposée le mois dernier concernant le maintien de la vocation publique, sociale et institutionnelle de l’ancien Institut des sourdes-muettes, Daniel Leblanc, un militant du Comité logement du Plateau-Mont-Royal, est venu réitérer la demande formulée par l’organisme l’an dernier d’y créer du logement social.

Le point sur le dossier des collectes

Comme c’est régulièrement le cas, plusieurs questions du public concernaient des nuisances lies à la propreté, à la circulation ou au bruit.

Bien qu’aucune question ne porte spécifiquement sur la collecte des matières résiduelles, la mairesse suppléante a cru bon faire le point sur la question. « Si vous constatez que vos voisins n’ont toujours pas compris les nouveaux horaires, n’hésitez pas à leur expliquer », insiste Christine Gosselin qui précise que les brigades de nettoyage à pied vont redoubler d’efforts d’ici le retour du nettoyage mécanique des rues le 1er avril.

Un peu plus d’un mois après le changement des horaires et des routes de collecte, l’arrondissement continue de faire l’objet d’un feu nourri de critiques dans ce dossier.

Nuisances de longue date et nuisances anticipées

Dans le dossier des nuisances liées au foisonnement des locations touristiques AirBnb sur le Plateau, l’arrondissement invite les résidents à faire des plaintes auprès du ministère du Tourisme du Québec. « On fait des enquêtes, des inspections dans des cas particuliers », explique Christine Gosselin en réponse à un citoyen qui interpellait l’arrondissement par rapport à des nuisances qui persistent depuis des années dans son secteur.

Les élus soulignent que l’arrondissement n’a pas suffisamment de ressources pour encadrer les milliers de locations touristiques sur le territoire. Au moins un cas serait présentement en instance devant les tribunaux, a confié à Pamplemousse.ca une source proche du dossier.

Un résident de longue date de la rue de Bullion, inquiet de l’impact du projet de piétonnisation de la rue Roy sur les rues avoisinantes, est venu livrer un plaidoyer contre le projet. Les membres du conseil l’ont invité à faire part de ses réserves lors d’un atelier de travail sur le projet, prévu le 23 mars.

Les faits saillants de la séance ainsi que l’ordre du jour et les sommaires décisionnels du conseil peuvent être consultés sur le site de l’arrondissement.

Nous reviendrons prochainement sur certains de ces dossiers, comme celui des investissements dans le Fonds des écoles publiques du Plateau.

Vos commentaires
loading...