Publicité

3 projets de sociofinancement qui défient les pronostics

Économie
L'accessoire de vélo qui permet de transformer à peu près n'importe quelle bécane en un vélo intelligent a été développé par une petite équipe établie au 5445 De Gaspé.
Le Smart Halo, un accessoire de vélo qui permet de transformer à peu près n’importe quelle bécane en un vélo intelligent, a été développé par une petite équipe établie au 5445, de Gaspé. (photo : courtoisie de Smart Halo)

Depuis quelques années, le sociofinancement a révolutionné le démarrage et le développement des entreprises. Voici trois exemples marquants sur le Plateau.

Un récent portrait du sociofinancement au Canada, basé sur analyse de près de 10 000 campagnes menées sur Kickstarter depuis 2010 réalisée par Radio-Canada, montre que tous les projets n’ont pas les mêmes chances de succès selon les catégories. Or, sur le Plateau, il semble que les projets qui réussissent le mieux soient ceux qui sont dans les catégories qui ont le plus haut taux d’échec!

Voici trois exemples de projets réussis respectivement dans le secteur des technologies (taux de succès moyen 18,9 %), de l’édition (taux de succès moyen 29,1 %) et de l’alimentation (taux de succès moyen 20,2 %).

1) Smart Halo

Développé par une start-up techno du Mile-End, le Smart Halo est un accessoire qui permet de transformer n’importe quel vélo en vélo intelligent. L’objectif, déjà ambitieux, de la campagne (67 000 $) a été atteint en moins de 24 h sur Kickstarter. Il a été dépassé de plus de 800 % en amassant un pactole de 540 000 $.

2) Ricochet c. Martineau

Poursuivi en diffamation par le chroniqueur Richard Martineau, le petit média indépendant dont le siège social est établi à la Halte 24/7 a lancé une campagne de sociofinancement pour financer sa défense juridique. Il a ainsi réussi à lever un trésor de guerre de 50 000 $. Pour la petite histoire, le journal Web avait démarré, en 2013, grâce à une campagne de sociofinancement sur Indiegogo qui lui avait de récolter près de 85 000 $.

3) Brisol Chaï

Plus récemment, un nouveau commerce de destination spécialisé dans le thé Chaï, le Bristol Chaï, a lancé une campagne sur la plateforme Ulule. Son modeste objectif de 10 000 $ a été atteint en à peine trois semaines. À deux semaines de l’ouverture officielle qui coïncidera avec la clôture de la campagne de sociofinancement, l’entreprise a atteint 110 % de son objectif.

Une autre campagne à suivre

Ce ne sont cependant pas tous les projets de sociofinancement menés sur le Plateau qui défient les pronostics. Il ne reste qu’une quinzaine de jours à l’entreprise de livraison écologique Fooducoin, qui mène également une campagne de financement sur Ulule, pour atteindre son objectif.

 

Vos commentaires
loading...