Publicité

Faire La Vague

Politique, Vie de quartier
La halte-fraîcheur sera inaugurée le 15 juin sur Saint-Denis. (Photo: Arcadia Studio).
La halte-fraîcheur sera inaugurée le 15 juin sur Saint-Denis. (Photo: Arcadia Studio).

Les citoyens sensibles aux périodes de canicule auront cet été un nouveau lieu de prédilection. La première halte-fraîcheur au Canada sera inaugurée le 15 juin sur la rue Saint-Denis, au sud de Marie-Anne.

À l’approche des beaux jours, les espaces publics se multiplient sur le Plateau. Au total, près d’une trentaine de nouveaux placottoirs – privés et publics – donneront des airs de vacances à l’arrondissement pendant la période estivale. Parmi ceux-ci, la toute première halte-fraîcheur au pays.

De la brume dans tes lunettes…

Dessinée par la firme montréalaise Arcadia Studio, La Vague – c’est son nom – s’apparentera à une promenade longue de 22 mètres, faite de cèdre et équipée de brumisateurs qui seront activés les jours de chaleur. « L’été, il fait souvent très chaud du côté est de la rue Saint-Denis, affirme Alex Norris, conseiller de ville, district Jeanne-Mance. Cette halte permettra aux passants de se rafraîchir. On estime que la température sera réduite de trois à cinq degrés dans l’installation ».

Le conseiller soutient aussi que ce projet s’inscrit dans le désir de revitalisation post travaux de la rue Saint-Denis. « On voulait proposer quelque chose d’ambitieux et d’innovateur qui n’avait jamais été fait, ajoute-t-il. À notre connaissance, c’est la première installation du genre en Amérique du Nord ».

L’arrondissement a investi 130 000$ dans la création de La Vague, un montant amorti sur cinq ans d’utilisation. Le verdissement sera assuré par la Société de développement commerciale Saint-Denis.

Fontaine, je boirai de ton eau

Toujours sur Saint-Denis, un autre placottoir tout aussi désaltérant verra le jour mi-juin, entre les rues Duluth et Roy. Conçue par Matane Productions, l’installation intégrera carrément une fontaine dans sa structure. « Ici, on est vraiment dans le rafraîchissement!, lance Caroline Tessier, directrice de la SDC St-Denis. Les gens pourront passer directement sous les jets de la fontaine ».

Ce nouvel espace est le fruit d’une collaboration entre la SDC St-Denis et les commerçants des boutiques Futon d’or et John Fluevog. « Les terrasses actuellement non utilisées de ces deux commerçants vont être transformées, ajoute Mme Tessier. Ces derniers vont aménager leur territoire pour prolonger le lieu de rencontre. On assiste à la création de milieux uniques basés sur la collaboration entre le public et le privé. Les commerçants participent activement au projet de revitalisation de la rue! »

Ce placottoir sera financé par la Ville de Montréal, l’arrondissement du Plateau Mont-Royal et la SDC St-Denis.

Parle, parle, jase, jase

Si l’arrondissement propose six nouveaux placottoirs publics sur son territoire cet été – un investissement de 34 200$ chacun – les demandes de permis de placottoirs privés, donc aménagés et installés par le commerçant lui-même, se multiplient également. Léo Le Glacier, rue Duluth, a parti le bal en 2014. «  L’an dernier, on a reçu une douzaine de demandes et ça pourrait doubler cette année », soutient Alex Norris.

Pourquoi est-ce si populaire? « Le placottoir crée un buzz autour du commerce, commente le conseiller. Les gens peuvent s’assoir et consommer, mais tout le monde peut en bénéficier, contrairement aux terrasses qui sont réservées aux seuls clients des établissements qui y sont rattachés ».

Comme il s’agit de milieux de vie ouverts à tous, seuls les coûts d’études, de construction, d’installation et d’entreposage sont aux frais des commerçants. « Ils n’ont pas à payer l’occupation du domaine public, comme c’est le cas pour les cafés terrasses », nuance M. Norris.

« On est un quartier très densément peuplé – un des plus peuplés en Amérique du Nord, illustre Alex Norris. Ça a toujours été dans nos objectifs d’animer le domaine public, de créer et de multiplier les nouveaux espaces ».

Le concept du placottoir est inspiré des parklets, très en vogue sur la Côté Ouest des États-Unis.

À lire également : Les placottoirs s’en viennent

Vos commentaires
loading...