Publicité

Subventions à la rénovation : un succès sur Saint-Denis

Économie, Immobilier
La rue Saint-Denis à pareille date en 2016. Après deux ans de chantier majeur, les travaux s'étaient terminés un mois plus tôt que prévu l'année dernière. (photo : Simon Van Vliet - Archive du Journal Le Plateau)
La rue Saint-Denis à pareille date en 2016. Après deux ans de chantier majeur, les travaux s’étaient terminés un mois plus tôt que prévu l’année dernière. (photo : Simon Van Vliet – Archive du Journal Le Plateau)

Un volet du programme PRAM – Artères en chantier, jouit actuellement d’une forte popularité auprès des membres de la Société de développement commerciale (SDC) Saint-Denis. Entrevue avec la directrice, Caroline Tessier.

La directrice de la SDC Saint-Denis, Caroline Tessier, se réjouit de la popularité de ce volet du programme PRAM - Artères en chantier. (Photo: Gabriel Assayag)

La directrice de la SDC Saint-Denis, Caroline Tessier, se réjouit de la popularité de ce volet du programme PRAM – Artères en chantier. (Photo: Gabriel Assayag)

Dans la foulée des grands travaux qu’a subis la rue Saint-Denis l’année dernière, la SDC Saint-Denis a bénéficié du programme de subventions PRAM – Artères en chantier, offert par la Ville de Montréal pour revitaliser le secteur.

Le volet connaissant actuellement un vif succès offre une importante subvention aux gens d’affaires, commerçants et propriétaires d’immeubles commerciaux pour rénover les façades et moderniser l’aménagement des magasins de l’importante artère montréalaise, entre les rues Roy et Gilford.

« Entre autres, on invite les nouveaux entrepreneurs à venir s’installer sur Saint-Denis pour ouvrir leur commerce et bénéficier de 40% de remboursement sur leurs rénovations », lance Caroline Tessier, directrice de la SDC Saint-Denis.

Investir pour rénover

Depuis un an, la directrice estime avoir reçu environ 30 demandes de membres de la SDC qui désirent rénover leur commerce, nouveau ou existant. « Et il y en a encore beaucoup en cours, ajoute-t-elle. On reçoit des appels tous les jours ». Les rénovations peuvent être intérieures ou extérieures, comme la terrasse ou l’enseigne commerciale.

Pour l’heure, le montant d’investissement des propriétaires et commerçants est estimé à 3 900 000$. « Nous avons obtenu ce chiffre en accumulant toutes les demandes de rénovation reçues au cours de la dernière année, explique Mme Tessier. Les propriétaires nous contactent souvent pour refaire leur façade, tandis que les commerçants locataires investissent ailleurs. Tous vont se faire rembourser 40% de ce montant par la Ville. »

Baisse du loyer par les propriétaires

Outre l’économie de 40% sur le coût des travaux, offerte pour une durée limitée de deux ans, plusieurs facteurs expliquent la popularité de cette subvention à la rénovation, selon la directrice. « D’abord, il y a la baisse du coût des loyers par les propriétaires, souligne Caroline Tessier. Ces derniers sont très flexibles pour faire leur part, afin de revitaliser la rue. Il y a aussi le caractère unique de la rue, sa largeur, son architecture, ses terrasses. Les gens désirent investir ici pour toutes ces raisons en ce moment. »

Mme Tessier soutient que certains propriétaires sont allés jusqu’à diminuer le coût habituel de leur loyer de 40%. « Les taxes sont tellement chères pour les commerçants qui louent des locaux, que les propriétaires n’ont pas le choix de diminuer le coût des loyers, sinon ils perdent leurs locataires », dit-elle, citant la boutique de vêtements sportifs Lulu Lemon, qui a dû fermer ses portes en raison des taxes astronomiques. « Quand ton compte frôle les 40 000$ à 50 000$ par année, tu étouffes complètement le commerçant », illustre la directrice.

Est-elle surprise de cet engouement envers le PRAM? « Oui! Les gens ont moins de capital pour innover à cause de ces taxes élevées, déplore Caroline Tessier. Alors cette vague d’investissement est assez surprenante et on en est très heureux. Ça va dans notre vision de revitalisation de la rue. Pour sauver Saint-Denis, ça prend l’apport de tous nos partenaires, dont les commerçants et les propriétaires ».

La période d’admissibilité au programme de subvention à la rénovation se termine le 31 mars 2018.

Quelques chiffres :

En 2017, dans le cadre du programme Artères en chantier, la Ville de Montréal a octroyé 100 000$ à la SDC pour mettre en place des projets mobilisateurs et créer de l’achalandage, en plus de 50 000$ pour des ressources humaines. La SDC a aussi obtenu 28 000$ pour améliorer l’apparence des vitrines pendant le chantier.

Vos commentaires
loading...