Publicité

Communiquer par l’image

Culture
Michel Delage, créateur de Faire image et du jeu 55 Icônes, accueille les visiteurs dans son kiosque mobile. (Photo: Daphné Angiolini)
Michel Delage, créateur de Faire image et du Jeu 55 Icônes, accueille les visiteurs dans son kiosque mobile. (Photo: Daphné Angiolini)

L’organisme sans but lucratif Faire image posera cet été ses pénates au Parc La Fontaine. Objectif : sonder l’imaginaire des passants par le truchement des formes et des couleurs.

Faire image, c’est un kiosque mobile où jeunes et moins jeunes sont invités à piger une carte et à inventer, spontanément, une courte histoire que le schéma abstrait leur inspire. Débutant par « Il était une fois », l’exercice créatif permet aux participants de sortir des cadres habituels pour laisser libre cours à leur imagination. Et parvenir, ultimement. à mieux comprendre un conflit personnel ou relationnel.

« Parfois, les gens sont vraiment surpris des idées qui sortent de leur tête!, lance Michel Delage, créateur du concept et animateur du kiosque. L’exercice, qui sert notamment à extérioriser quelque chose d’inconscient, suscite rapidement des réflexions et des conversations très complexes. Il peut contribuer à mieux se connaître soi-même !»

Le pouvoir de l’abstraction

Au cours des trois dernières années, Michel Delage a notamment participé au Festival Juste pour rire, où quelque 8000 badauds ont accepté de se livrer à son jeu. « J’ai rencontré beaucoup d’adolescents et presque toutes leurs histoires se terminaient en catastrophe ou en explosion, illustre-t-il. En fait, ils vivent une période de grande transformation et ils font un transfert. Ce sont eux qui explosent! »

« Quand tu entres en communication avec l’abstraction des images, c’est beaucoup plus facile d’établir des liens, des associations ou de fusionner les choses, pense-t-il. Alors que dans la réalité tout est fixe ».

Michel Delage cite également l’exemple d’un garçon de 12 ans qui avait pigé une image lui inspirant des chaînes et du bois. « Le jeune homme a imaginé une histoire où le morceau de bois rencontrait les chaînes et qu’ils construisaient ensemble une balançoire! Tout le monde était ébahi! On assiste parfois à de très beaux moments.»

« Les gens pensent que les dessins sont trop abstraits et qu’ils n’y arriveront pas, mais ils sont tous capables, sans exception, de forger une histoire en 10 secondes » ajoute M. Delage.

Des symboles pour raconter

Les images qui génèrent tant de récits sont tirées du Jeu 55 Icônes, développé de façon autodidacte par Michel Delage, il y a une dizaine d’années. Constitué de 55 images abstraites et symboliques, le jeu mise sur les formes, les couleurs et la reconnaissance visuelle pour stimuler le cerveau et la créativité des participants.

« J’ai beaucoup d’expérience en entreprise, soutient l’homme de 62 ans. Quand j’étais plus jeune et que j’avais une quinzaine d’employés, j’ai remarqué qu’une bonne communication n’était pas si facile à obtenir… ».

Il a alors fait appel aux services d’une psychologue qui a proposé à l’équipe de tenter l’expérience du Color Test de Max Lüscher. « On a eu beaucoup de plaisir avec les employés, explique le concepteur. Ça change toute une dynamique de transposer dans l’abstraction des préoccupations complexes ».

Inspiré par l’idée, il s’est lancé dans l’aventure de 55 icônes. « Lors de la confection des images, j’ai effectué une grosse recherche sur les symboles pour m’assurer de leur universalité », affirme-t-il. M. Delage a ensuite testé son jeu auprès de psychologues, thérapeutes ou coatch en ressources humaines.

Création d’une compagnie

Depuis 10 ans – bien avant la mise sur pied de son kiosque ambulant – il propose donc, avec sa compagnie Icône internationale et son Jeu 55 Icônes, des ateliers aux entreprises qui désirent résoudre des problèmes communicationnels. « Parfois, dans un contexte professionnel, nous sommes prisonniers d’une dynamique qui tourne en rond, constate Michel Delage. On joue alors avec l’imaginaire pour créer un déclic par l’image ».

Il a aussi été appelé à consolider des équipes de travail. « Quand tout le monde est connecté à sa machine, il faut arriver à développer une relation plus humaine et prendre le temps d’écouter les gens qui ont des choses à exprimer. Quand la tension monte, on n’est plus capable de dire la chose la plus simple ».

Il travaille actuellement avec des groupes de proches aidants.

C’est dans l’esprit de transposer gratuitement ces ateliers sur la place publique que Michel Delage a conçu l’OBNL Faire image et qu’il parcourt les parcs pendant la période estivale. Vous pourrez le voir devant le Chalet Espace La Fontaine les 3, 10, 23, 24, 25 et 30 juin, ainsi que les 1er, 6, 7, 21 et 23 juillet.

 

 

Vos commentaires
loading...