Publicité

Conscience Urbaine revitalise la ville par les racines

Culture, Immobilier, Vie de quartier
Conscience Urbaine est le maître d’œuvre du projet Fréquence, inauguré la semaine dernière par la SDC Saint-Denis.
Conscience Urbaine est le maître d’œuvre du projet Fréquence, inauguré la semaine dernière par la SDC Saint-Denis. (photo : Simon Van Vliet)

Du Jardin Franchère au projet Fréquence sur Saint-Denis, en passant par le Jardin Éphémère Laurier Ouest, les artères commerciales cultivent leur conscience.

Voilà déjà une dizaine d’années que l’organisme Conscience Urbaine (CU) s’affaire à transformer les espaces urbains pour rendre la ville plus conviviale, sécuritaire et inclusive. La nouveauté depuis quelques années, c’est que le travail de CU se déploie maintenant sur les artères commerciales.

« De plus en plus, les artères commerciales ont des enjeux de revitalisation », analyse la directrice générale et artistique de CU, Fanie St-Michel. Après avoir travaillé sur des projets de dynamisation dans des espaces enclavés, comme autour du Champ des possibles ou au pied du pont Jacques-Cartier dans le quartier Sainte-Marie, CU participe maintenant à plusieurs projets de revitalisation des artères commerciales.

Jardins éphémères, espaces transitoires

À la demande de l’Association des commerçants de l’avenue Laurier Ouest, Conscience Urbaine travaille à la création d’un jardin éphémère sur le terrain situé à l’angle de Laurier et Esplanade. Laissé vacant par l’effondrement d’un bâtiment l’hiver dernier, le terrain ne fait l’objet d’aucun projet de construction à court terme et c’est la propriétaire du site qui a proposé d’y faire un aménagement temporaire.

« C’est une des seules choses qu’on peut faire sur les terrains vacants [du domaine privé] », explique Fanie St-Michel qui précise que son organisme aimerait éventuellement proposer d’autres usages transitoires, mais que la réglementation municipale ne le permet pas pour l’instant. Le projet est réalisé en collaboration avec l’organisme de jardinage éducatif, thérapeutique et récréatif Ça Pousse! a qui procédé il y a quelques jours à l’aménagement du site.

Ça pousse! est également impliqué dans le projet du Jardin Franchère, inauguré l’an dernier dans la foulée du plan de dynamisation de la portion Est de l’Avenue et qui est appelé à devenir la porte d’entrée de la zone Est de Mont-Royal.

Rafraîchir Saint-Denis

Conscience Urbaine est aussi le maître d’œuvre du projet Fréquence. « On a vraiment accompagné la SDC », souligne la directrice de CU qui explique que l’organisme a notamment orchestré les démarches auprès des commerçants de la rue Saint-Denis afin de les mobiliser dans le projet de revitalisation qui s’étend sur 1,4 kilomètre.

L’un des éléments phares de ce projet est l’aménagement d’un placottoir géant devant le magasin Futon d’Or qui sera inauguré ce jeudi (22 juin).

Comme tout le reste du mobilier urbain installé sur le domaine public et sur le domaine privé pendant l’été, le nouveau placottoir de la rue Saint-Denis a été construit à partir des vestiges de la Grande Terrasse Rouge. « On est allé récupérer un bien public », faisait valoir la directrice de la Société de développement commercial (SDC) de la rue Saint-Denis, Caroline Tessier, lors du party de lancement du projet Fréquence la semaine dernière.

Conçu dans le même esprit que La Vague, le nouveau placottoir contribuera lui aussi à la réduction des îlots de chaleur sur Saint-Denis grâce à la « fontaine interactive » qui y est intégrée, indique Fanie St-Michel.

[Rectification : La première version de ce texte indiquait que Conscience Urbaine avait procédé à l’aménagement du Jardin Éphémère sur Laurier, alors que l’aménagement physique du site a plutôt été réalisé par Ça pousse! Nos excuse pour cette erreur.]

Vos commentaires
loading...