Publicité

À qui la RU? La réappropriation urbaine sur Mont-Royal

Culture
Quelque 25 artistes sont invités à produire des fresques éphémères au sol sur Mont-Royal dans la nuit du 25 août.
Quelque 25 artistes sont invités à produire des fresques éphémères au sol sur Mont-Royal dans la nuit du 25 août. (photo : Jean-François Leblanc, courtoisie d’Odace Événenements)

Odace Événements dévoilait cette semaine la programmation de son happening artistique de fin d’été qui prendra la rue sur Mont-Royal du 24 au 27 août.

Rebaptisé RU (comme dans réappropriation urbaine) l’an dernier, l’événement anciennement connu sous le nom de Nuit blanche sur tableau noir, est de retour cette année. « On voulait quelque chose de plus court, de plus concentré », explique Fabienne Boussin, directrice des communications et du marketing chez Odace Événements.

Une approche au ras du bitume

Elle ajoute que, comme l’indique le nouveau nom de l’événement, celui-ci a pour objectif de « montrer toute la richesse de la réappropriation urbaine » en donnant, pour quelques jours et quelques nuits, la rue aux piétons et aux artistes. Avec une programmation qui met notamment à l’honneur la peinture de rue et la danse urbaine, l’événement « colle au bitume », illustre Fabienne Boussin.

Parmi les quelque 25 artistes invités à produire des fresques éphémères dans la nuit du 25 août, mentionnons Jason Botkin, cofondateur du collectif EN MASSE qui a signé en 2011 la fresque du Quai des arts à l’Espace GO dans cadre du projet MU, et son collègue Rupert Bottenberg, codirecteur d’EN MASSE. Notons aussi la participation de l’artiste Waxhead qui expose notamment à la galerie d’art urbain Station 16, galerie officielle du festival MURAL.

La musique et la danse à la rue

Même la musique se mettra au pas de la rue cette année avec le Urban Science Brass Band, la première fanfare Hip Hop de Montréal qui s’est fait connaître l’an dernier avec un flash mob sur Saint-Laurent avant d’être programmée au Festival international de Jazz de Montréal cet été.

À l’instar de la COMPAGNIE MARIE CHOUINARD, qui avait présenté l’an dernier une adaptation de rue inédite de son installation-performance IN MUSEUM, la compagnie Destins Croisés du chorégraphe Ismaël Mouaraki transposera dans la rue le huis clos de Lien(s). En faisant appel à cette compagnie, dont l’approche marie cultures urbaines et arts de la scène contemporaine, pour boucler sa programmation RU signe « probablement l’édition qui colle le plus à son identité », observe Fabienne Boussin.

Elle souligne qu’Odace Événement ajoutera sa propre touche de fantaisie au programme de RU en participant à la seconde édition de Cabinets improbables, un projet d’installation et de design qui vise à explorer des idées novatrices de transformation de cubes d’entreposage mobiles. Ce projet un brin extravagant n’est d’ailleurs pas sans faire penser à l’événement en design et architecture temporaire CABANE, organisé en marge d’un autre happening annuel de l’avenue Mont-Royal, la foire commerciale du mois de juin.

[NDLR La Société de développement de l’avenue du Mont-Royal est un client publicitaire de Pamplemousse.ca, mais cet article n’a été ni commandé ni payé par l’annonceur.]

Vos commentaires
loading...