Publicité

Le miroir de l’art-thérapeute

Culture
Francine Lévesque, art-thérapeute et fondatrice du collectif ARTHÉ (photo : Pierre de Montvalon)
Francine Lévesque, art-thérapeute et fondatrice du collectif ARTHÉ (photo : Pierre de Montvalon)

Que se passe-t-il lorsque l’art-thérapie se consacre aux personnes mêmes qui la dispensent? Cinq art-thérapeutes du collectif ARTHÉ présentent leurs créations personnelles à l’Espace contemporain.

L’art-thérapie est une pratique de soin fondée sur l’utilisation thérapeutique du processus de création artistique. Francine Lévesque, art-thérapeute en pédopsychiatrie et fondatrice du collectif ARTHÉ, indique tout de suite : « Si l’on parle d’art-thérapie, il faut parler de relation. C’est une relation à l’autre. Un art-thérapeute, c’est quelqu’un qui aide son patient à comprendre ses problématiques [en santé mentale] grâce à l’expression artistique. À travers la création, le patient se fait du bien. À travers la création, on trouve des solutions aux difficultés en santé mentale.  »

Avec cinq autres art-thérapeutes, dont une psychologue, ces femmes forment le collectif ARTHÉ. Le collectif vise à la communion des pratiques artistiques entre art-thérapeutes. Une fois par mois, les membres se rencontrent afin d’exprimer leur inspiration artistique et créer ensemble.

« Nous avons eu jusqu’à une vingtaine de membres! Mais une différence dans la direction artistique nous a séparés. Certains voulaient une approche plus spontanée dans le geste créatif, plus immédiate. Je pense qu’il faut au contraire que chacun développe sa propre démarche et son propre médium », raconte-t-elle.

Vaincre ses propres démons

Francine Lévesque est lucide. « Je suis vieillissante. Dans mon entourage, on n’entend parler que de retraite. Le vieillissement est donc très apparent dans ma production. » En utilisant des matériaux recyclés – CD, broderie, bout de tissu – Francine Lévesque évoque ses propres doutes et angoisses. « Le vieillissement est souvent perçu comme quelque chose de pas très esthétique. Il est rarement mis en valeur – ça commence, dernièrement. Ma pratique artistique pour moi une façon de transformer le passage du temps avec mon esthétique. »

Toutefois, Francine Lévesque se défend de vouloir analyser ou psychanalyser chaque œuvre. « Nous ne sommes pas là pour regarder ce qu’il y a en arrière de chacune. Ça serait maladroit, explique l’art-thérapeute. Mais étant donné notre profession, nous ne pouvons nous empêcher de réaliser qu’il y a des liens qui… font du sens! » Janet Blais, directrice de l’Espace contemporain, ajoute : « On utilise le concept d’art-thérapie pour définir cette pratique, mais d’une certaine manière, chaque artiste fait de l’art-thérapie de lui-même! »

Ainsi l’exemple de Marie-Ève Fortier [une des art-thérapeutes qui expose], qui, lors de l’écriture des descriptions, constata que la ‘mer’ tenait une place importante dans ses œuvres. « Elle est nouvelle maman! », s’amuse Francine Lévesque.

« ARTHÉ s’expose », du 22 au 27 août à l’Espace contemporain – galerie d’art, situé sur l’avenue Papineau au croisement avec la rue Laurier. Vernissage le jeudi 24 août à 18h.

Vos commentaires
loading...