Publicité

Les carottes sont cuites pour Crudessence sur Rachel

Économie
Malgré sa localisation achalandée en été, la succursale de la rue Rachel perdait jusqu'à 65 % de sa clientèle en hiver, selon les analyses réalisées par Evoluco.
Malgré sa localisation achalandée en été, la succursale de la rue Rachel perdait jusqu’à 65 % de sa clientèle en hiver, selon les analyses réalisées par Evoluco. (photo : Simon Van Vliet)

Le groupe Evoluco invoque des problèmes de rentabilité pour justifier la fermeture de la succursale de la rue Rachel.

Un an et demi après avoir racheté l’entreprise, cofondée en 2006 par l’entrepreneur en série David Côté et le « géosophe » Mathieu Gallant, le groupe Évoluco a décidé de fermer deux restaurants montréalais, dont la succursale de la rue Rachel, qui a été la première adresse du restaurant spécialisé en cuisine vivante.

Une décision d’affaires

En entrevue avec La Presse la semaine dernière, le patron d’Evoluco Dominic Bujold a expliqué avoir pris cette décision dans le cadre d’une « stratégie de repositionnement » de Crudessence.

« C’est dommage », reconnaît Dominic Bujold qui avance que son entreprise aurait encouru des pertes de l’ordre d’un million de dollars en essayant de relancer le volet restaurant de Crudessence. Malgré sa localisation achalandée en été, la succursale de la rue Rachel perdait jusqu’à 65 % de sa clientèle en hiver, selon les analyses réalisées par Evoluco.

Les marges bénéficiaires de la belle saison n’étant pas suffisamment élevées pour absorber les frais fixes annuels, dont un loyer d’environ 3500 $ par mois, l’entreprise a décidé de ne pas renouveler le bail qui venait à échéance cet automne. Aucune date de fermeture n’a encore été fixée, mais le restaurant cessera définitivement ses activités d’ici la fin de l’année, confirme la directrice des communications commerciales d’Evoluco, Nathalie Marchand. Sur la douzaine d’employés qui travaillent à la succursale de la rue Rachel, un aurait déjà trouvé un nouvel emploi au centre de production situé dans Centre-Sud.

Surprise et déception du fondateur

Le confondateur de Crudessence, David Côté, s’est dit « pantois » d’apprendre la nouvelle.

« Quand j’ai vendu, j’étais persuadé que c’était pour le bien de l’entreprise », soupire-t-il. « Le pire, c’est que je l’ai appris en lisant le journal », ajoute l’entrepreneur à succès qui est également le cofondateur de Rise Kombucha et de la jeune entreprise spécialisée dans la transformation d’invendus alimentaires Jus LOOP.

Annoncée au printemps 2016, l’union de Crudessence et d’Evoluco devait permettre à la première chaîne de restaurants spécialisés dans la nourriture crue et vivante de croître et de développer son marché hors de Montréal. Finalement, le volet restauration, trop couteux, a été mis de côté jusqu’à nouvel ordre pour miser davantage sur le prêt-à-manger distribué dans les épiceries santé et les magasins spécialisés.

« Je vois les entreprises comme des organismes vivants », philosophe David Côté, qui estime que les restaurants Crudessence auront contribué à faire de l’alimentation santé une tendance incontournable. « On a au moins touché de milliers de personnes. On espère que ça va faire des petits », lance-t-il en soulignant que des restaurants comme La Panthère Verte et Aux Vivres continuent de nourrir l’essor ce secteur.

Vos commentaires
loading...