Publicité

Solides et sécuritaires, ces balcons et terrasses?

Immobilier, Commandité
(photo : André Dumont)
(photo : André Dumont)

Un beau balcon avec un garde-corps qui arrive à peine à la hauteur des hanches. Une grande terrasse qui semble s’enfoncer d’un côté et dont la balustrade invite à l’escalade. Danger! Voici quelques mesures de sécurité pour ces espaces où il fait bon se prélasser l’été.

Les balcons en hauteur et les terrasses au niveau du plancher du rez-de-chaussée font souvent partie des éléments coup de cœur d’une propriété. Mais attention : les vieux balcons peuvent être dangereux et les terrasses présentent souvent des problèmes de stabilité.

Balcons

Les vieux balcons et leurs garde-corps en fer forgé sont très jolis, mais à moins d’avoir été modifiés, ils ne correspondent pas aux normes de construction d’aujourd’hui. Souvent, ces garde-corps font 80 cm (32 po) ou moins, alors que leur hauteur devrait atteindre 107 cm (42 pouces).

Comme pour toute maison âgée, il y a rarement obligation légale de se soumettre aux dispositions du plus récent Code du bâtiment, à moins de transformations majeures. Pour les balcons, cependant, la responsabilité d’un propriétaire pourrait être invoquée en cas de chute et certains assureurs exigent leur mise à niveau.

Des balustres horizontaux, pas une bonne idée! Un enfant peut facilement les escalader. (photo : Inspecteur D)

Il y a moyen d’ajuster la hauteur du garde-corps tout en conservant le look d’origine. Il suffit d’ajouter une barre horizontale du même type de fer forgé.

Assurez-vous aussi de la solidité des garde-corps. Souvent, les ancrages à la maçonnerie de la maison ne tiennent plus.

Les balcons sont la plupart du temps soutenus en porte-à-faux, par des solives qui traversent le mur. Si le plancher du balcon n’est pas étanche, ou que sa pente dirige l’eau de pluie vers le bâtiment, ces solives peuvent pourrir et un affaissement peut survenir. Malheureusement, ces solives ne sont la plupart du temps pas visibles. S’il y a des signes d’infiltration d’eau ou d’affaissement, demandez à un inspecteur en bâtiment ou à un entrepreneur de faire une vérification.

Terrasses

Les terrasses dont le plancher est à 60 cm (deux pieds) du sol ou moins n’ont pas besoin de garde-corps. Si le plancher est entre 60 et 180 cm (deux à six pieds) du sol, le garde-corps doit faire au moins 90 cm (36 po). Et peu importe la hauteur d’une terrasse ou d’un balcon, l’espace entre les balustres (les barreaux verticaux) de son garde-corps doit être d’au plus 10 cm (4 po), soit la grosseur de la tête d’un jeune enfant.

Le problème le plus commun des terrasses est la qualité de leur soutien au sol. Pour qu’elles demeurent stables à travers les nombreux cycles de gel et de dégel que nous connaissons au Québec, leurs « pattes » devraient s’enfoncer jusqu’à 135 cm (entre quatre et cinq pieds) sous la surface du sol. Bien peu de propriétaires et d’entrepreneurs se donnent la peine d’enfoncer des pieux métalliques ou de couler une colonne de béton à une telle profondeur.

Trop souvent, on se contente de faire appuyer les terrasses sur des « pattes d’éléphant », ces blocs de béton conçus pour recevoir un poteau de bois de 4X4 po et qu’on pose directement sur le sol. Après quelques années, ces blocs finissent par bouger et le plancher de la terrasse affiche une pente inhabituelle.

Un coup d’œil sous la terrasse, armé d’une lampe de poche, permettra aussi de vérifier l’état des solives et la qualité de la fixation de la structure au mur de la maison.

En terminant, sachez que dans le monde des terrasses et balcons, design contemporain épuré ne rime souvent pas avec sécurité et conformité. Selon le style, les balustres verticaux peuvent avoir cédé leur place à des éléments horizontaux qui invitent à l’escalade. Vous n’avez pas d’enfants? Pensez à ceux de la visite!

André Dumont, alias Inspecteur D, est inspecteur en bâtiment et chroniqueur

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires
loading...