Publicité

Petite incursion dans Ville Saint-Louis

Histoire
(photo : Archives de la Ville de Montréal)
(photo : Archives de la Ville de Montréal)

Nous sommes en 1930, angle des rues Villeneuve et De Bullion. Ville Saint-Louis est annexée à Montréal depuis 1910, mais dans les faits, ces immeubles sont construits dans le secteur sud-est de l’ancienne ville.

Nous sommes dans un secteur plus populaire du quartier et l’on retrouve principalement de petits duplex de briques d’argile rouge, implantés directement en bordure du trottoir. Le secteur semble regrouper une population ouvrière, car l’architecture est d’une grande simplicité.

Il est intéressant de constater que les petits commerces locaux sont déjà installés dans les bâtiments d’angle du coin des rues. C’est aussi fascinant de se rendre compte que le paysage n’a pas réellement changé depuis toutes ces années. Le commerce dans le bâtiment de pierre (à gauche) est disparu et a été remplacé par un logement. Mais, la porte en angle et les anciennes vitrines sont demeurées en place.

(photo : Archives de la Ville de Montréal)

(photo : Archives de la Ville de Montréal)

Le commerce de l’autre côté de la rue, quant à lui, est toujours en fonction et l’épicerie qui l’occupe est là depuis plusieurs décennies. Le Marché Raphaelle & frères nous propose son enseigne peut-être un peu défraîchie, mais qui possède malgré tout un certain charme, puisqu’elle rappelle le vieux commerce des années 1930.

(source : Goggle Street view)

(source : Goggle Street view)

Le coin est demeuré inchangé avec son petit balcon qui fait office d’auvent au-dessus de la porte de l’épicerie et son petit toit en pavillon tout au-dessus. C’est quand même incroyable que le bâtiment ait conservé son décor architectural d’origine. Il faut en féliciter son propriétaire.

De façon générale, les décors en tôlerie ouvragée qui coiffent les façades anciennes sont souvent disparus (comme c’est le cas pour l’ancien commerce en face).

La vieille photo noir et blanc nous montre que la voie publique est partagée entre les voitures qui prennent leur place peu à peu et les charrettes à cheval, qui elles, disparaissent au même rythme. L’échelle du bâti est intéressante et l’échelle humaine a encore sa place dans le secteur. On peut facilement imaginer la vie de quartier qui s’y déroulait. Le voisinage devait aussi offrir une belle chaleur humaine qui en faisait un milieu de vie riche d’expériences.

D’ailleurs, le peintre John Little a brossé de nombreux tableaux des quartiers anciens de Montréal. La peinture que je vous présente ici, intitulée De Bullion, autrefois, vers la rue Villeneuve représente bien le caractère paisible de cette petite rue ouvrière. D’ailleurs, on aperçoit au centre du tableau, dans l’enfilade de la perspective, notre petite épicerie angle Villeneuve.

Œuvre de John Little « De Bullion vers Villeneuve », 1961. (source : Galerie Eric Klinkhoff)

Œuvre de John Little « De Bullion vers Villeneuve », 1961. (source : Galerie Eric Klinkhoff)

L’œuvre de John Little est incroyable en ce qui a trait au rendu de l’atmosphère qui se dégage des lieux qu’il saisit sur ces toiles.

La photo suivante nous montre la situation actuelle du lieu présenté par Little. On peut voir le petit duplex à gauche qui a conservé son fronton de tôle ouvragée. On constate également l’existence de portes cochères qui nous indique l’absence de ruelles dans le secteur.

Allez ! Pendant qu’il fait encore beau; allez donc faire une petite balade dans ce coin du Plateau.

Visitez le blogue de l’auteur.

Visitez la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal :

Vos commentaires
loading...