Publicité

Élections municipales : Projet Montéal rafle tout

Politique
Jouissant dès le départ d’une avance écrasante, toute l’équipe du maire sortant, Luc Ferrandez, a été élue avec des majorités absolues. (photo : Simon Van Vliet)

L’électorat du Plateau Mont-Royal a reconduit Projet Montréal au pouvoir avec des majorités écrasantes à la mairie et dans tous les districts.

C’était la jubilation au théâtre Corona dimanche soir, lorsque Luc Ferrandez et son équipe sont montés sur scène environ une demi-heure après que Valérie Plante ait été proclamée gagnante de la course à la mairie de Montréal.

Jouissant dès le départ d’une avance écrasante sur le candidat d’Équipe Coderre, Zach Macklovitch, le maire sortant était déjà pratiquement assuré d’être reconduit au pouvoir dans l’arrondissement. Toute son équipe a été élue avec des majorités absolues, augmentant d’ailleurs considérablement les marges par rapport aux élections de 2013.

Luc Ferrandez a vu son taux d’appui augmenter de près de 15 %, voyant sa majorité passer de 51,3 % à 65 % des voix exprimées et obtenant près du double du nombre de voix de son rival.

De Lorimier vote résolument Projet

Dans le district De Lorimier, où l’on pouvait s’attendre à une chaude lutte avec Équipe Coderre, on a assisté à un vote sans équivoque pour Projet Montréal, et ce avec un taux de participation considérablement plus élevé (52,5 %) que dans les autres districts ou même dans la course à la mairie d’arrondissement. Sachant que les professionnels et les commerçants ne votent pas nécessairement dans le district, il y a fort à parier que les débats tranchés reprendront de plus belle à la première occasion.

Habituée aux critiques les plus virulentes, l’ancienne conseillère d’arrondissement Marianne Giguère, maintenant élue conseillère municipale, assure que les opposants à Projet Montréal « sont toujours les bienvenus » aux séances du conseil d’arrondissement et qu’ils pourront continuer à y exprimer leurs doléances. « Le pourcentage du vote qu’on a parle », note pour sa part la nouvelle venue Josefina Blanco élue conseillère d’arrondissement (avec 72,8 % des voix exprimées).

Hausse des appuis dans Jeanne-Mance

Malgré la présence de deux tiers partis (Coalition Montréal et Plateau sans frontière), le district Jeanne-Mance a réitéré sa confiance au conseiller de ville sortant, Alex Norris, et a élu haut la main la recrue Maeva Vilain (avec 60,2 % des suffrages).

« J’avais beaucoup d’espoir en commençant ma campagne », souligne celle qui succède à Christine Gosselin comme conseillère d’arrondissement et qui se dit entousiaste à l’idée de mettre la main à la pâte pour faire avancer le développement des grands projets du district, comme la réaffectation de l’Hôtel-Dieu. « On a été bloqués pour beaucoup de choses », note la nouvelle conseillère qui s’attend à ce que l’élection de Valérie Plante permette de débloquer rapidement des dossiers comme celui des pistes cyclables ou celui du théâtre de Verdure.

Le conseiller Alex Norris, qui a récolté près du deux tiers de voix (62,3 %) alors qu’il n’avait obtenu qu’une majorité relative en 2013 (47,2 %), voit dans les résultats du vote local le reflet de l’expression des voix d’une majorité silencieuse, favorable à Projet Montréal, « qui est de plus en plus présente sur le Plateau Mont-Royal ».

Le Mile End reste un château fort

Bastion incontesté de Projet Montréal, le Mile End a sans surprise reconduit le tandem formé par le conseiller de ville Richard Ryan et la conseillère d’arrondissement Marie Plourde pour un nouveau mandat. « On a enfin brisé le foutu plafond de verre », souligne Marie Plourde qui se réjouit surtout de savoir que la première femme à entrer à la mairie de Montréal partage la vision mise en œuvre depuis 2009 sur le Plateau. Reprenant un thème cher à sa campagne, la conseillère insiste sur l’importance de « faire en sorte que nos villes, nos quartiers deviennent résilients face aux changements climatiques ».

Richard Ryan, architecte de la politique locale d’inclusion de logements abordables qui a été reprise dans le programme municipal de son parti, se réjouit quant à lui de voir la nouvelle mairesse de Montréal faire de l’accessibilité au logement l’une de ses priorités. Grâce au statut de métropole obtenu par l’administration Coderre, la Ville possède maintenant le pouvoir d’exiger l’inclusion d’unités de logement social ou abordable dans tout projet de développement résidentiel et entend obliger les promoteurs à inclure 20 % de logement abordable dans tout projet de cinq unités ou plus ou à verser une compensation financière. « On va travailler à en faire une réglementation au niveau de la Ville », explique le conseiller qui a mis en place il y a deux ans une ambitieuse politique locale d’inclusion sur le Plateau.

Déception dans les rangs d’Équipe Coderre

Jointe au téléphone lundi matin, la candidate défaite dans De Lorimier, Linda Gauthier, s’est dite particulièrement déçue de la décision Denis Coderre de quitter la vie municipale plutôt que d’assumer le rôle de chef de l’opposition. Le fait de ne pas avoir été élue elle-même représente « la moindre déception » aux yeux de l’ancienne présidente du RAPLIQ qui estime que le maire sortant de Montréal aurait dû rester en poste pour diriger l’opposition officielle.

À notre connaissance, le candidat à la mairie d’arrondissement d’Équipe Coderre, Zach Macklovitch, n’a fait aucune déclaration publique suite à la défaite de dimanche. Il n’avait pas retourné notre demande d’entrevue au moment de publier.

[Rectificatif : une première version de ce texte indiquait que les commerçants n’ont pas le droit de vote. En fait, l’occupant d’un établissement d’entreprise a le droit s’inscrire pour voter dans le district où est situé son entreprise, à condition de ne pas être lui-même domicilié à Montréal, auquel cas il doit s’inscrire à titre de particulier dans le district où il réside. Peu d’exploitants d’entreprises non-domiciliés à Montréal se prévalent de ce droit, précise Pierre G. Laporte, relationniste à Élection Montréal.]

Vos commentaires
loading...