Publicité

Les premiers diamants du Québec brillent sur Mont-Royal

Économie
La bijouterie J. Omer Roy a recruté l’animatrice Viriginie Coosa, une cliente de longue date, comme égérie pour sa ligne de diamants du Québec.
La bijouterie J. Omer Roy a recruté l’animatrice Viriginie Coosa, une cliente de longue date, comme égérie pour sa ligne de diamants du Québec.(photo : Simon Van Vliet)

Établie depuis 1919 sur Mont-Royal, la bijouterie J. Omer Roy est la première et la seule bijouterie du Plateau à distribuer des diamants du Québec.

« On a réussi à mettre la main sur un lot assez important de diamants du Québec », se réjouit Normand Roy, au comptoir de la bijouterie familiale fondée par son grand-père, il y a près de 100 ans, et installée dans son local au 1658, avenue du Mont-Royal est, depuis 1921.

La bijouterie, qui avait initialement pignon sur rue angle de Mont-Royal et Saint-Laurent, fait d’ailleurs partie du club sélect des entreprises établies ayant célébré leurs noces de diamant (50 ans de mariage) avec l’avenue.

Diamants d’origine contrôlée

Le consortium des Bijoutiers Gemme, dont la bijouterie J. Omer Roy est membre, a en effet obtenu en exclusivité un lot d’une valeur d’environ 1,5 million de dollars de diamants extraits de la mine Renard, à la baie James. Mise en exploitation il y a environ un an par l’entreprise Stornoway, la première mine de diamants du Québec connaît des problèmes de production qui ont ralenti l’exploitation, mais l’arrivée sur le marché d’un premier lot de pierres québécoises est une bonne nouvelle pour les bijoutiers.

« Ça nous permet d’avoir un diamant qui est assez “propre” », explique Normand Roy, faisant référence à l’aura assez sombre qui plane sur l’industrie du diamant, associée à de nombreux et sanglants conflits armés en Afrique. Contrairement aux diamants d’importation, dont les origines sont parfois difficiles à retracer, chaque diamant extrait des mines canadiennes (et de l’unique mine québécoise) est associé à un numéro de série gravé au laser dans la pierre précieuse qui permet d’en assurer la « traçabilité » jusqu’à la mine.

Le film Blood Diamond (2006), mettant en vedette Leonardo Di Caprio contribué à mettre au jour l’effroyable réalité des diamants de conflit, qui représentaient encore à l’époque plus de 10 % du marché international, et qui continuent aujourd’hui à faire l’objet d’un lucratif trafic illégal, finançant notamment la guerre civile en Centrafrique.

« Au Québec, on est sensibilisés à l’origine du produit », soutient Normand Roy, qui se dit fier de pouvoir offrir à sa clientèle des diamants issus d’une mine dont le gouvernement du Québec est propriétaire à 29 %.

Une cliente fidèle comme égérie

La bijouterie J. Omer Roy a recruté l’animatrice Viriginie Coosa comme égérie pour sa ligne de diamants du Québec. Cliente fidèle depuis des années, la journaliste, qui a longtemps habité le Plateau, a accepté spontanément de jouer la cliente modèle pour sa bijouterie de quartier.

« Ça fait 15 ans que je viens acheter mes cadeaux ici », explique-t-elle en précisant que la bijouterie fait partie de sa liste de « commerces chouchou » sur Mont-Royal avec la fromagerie Bleu et Persillé, la boutique Chez Farfelu, et Tony Papas, entre autres.

Vos commentaires
loading...