Publicité

Exclusif : Feu vert à la « ruelle qui vit » dans le Mile End

Environnement, Vie de quartier
Les plans élaborés par le comité vert prévoient notamment l’ajout de bacs de plantation, l’ajout de motifs au sol aux points d’entrée de la ruelle et le long du parcours vert, la création des saillies végétales, la plantation d’arbres indigènes, l’installation de mobilier urbain communautaire et le remplacement d’une partie de l’asphalte par du pavé perméable. (photomontage produit par le comité vert)

Le projet de ruelle verte entre Hutchison-Parc-Bernard et Van Horne sera l’un des projets retenus par l’arrondissement pour 2018.

L’automne dernier, ce « projet de ruelle verte multiculturelle » avait obtenu l’appui de quelque 150 membres du voisinage, dont une partie appartient à la communauté hassidique, rappelle Émilie Laliberté qui s’est activée depuis le printemps passé au sein du comité vert de la ruelle.

Une mobilisation (inter) communautaire unique

Le projet déposé à l’arrondissement le mois dernier est le fruit d’un travail de mobilisation de longue haleine qui a pris forme à travers un effort de prise en charge collective de la ruelle. « Il s’agit du résultat d’un travail collectif des membres du comité vert [qui regroupe des] architectes, dessinateurs/dessinatrices, photographes, rédacteurs/rédactrices, [un] représentant de la communauté hassidique, bref, des citoyens engagés, motivés, passionnés et ayant à cœur l’idée de verdir, d’embellir et de sécuriser leur environnement immédiat », explique Émilie Laliberté.

En plus de proposer d’améliorer la qualité de l’environnement urbain, en travaillant sur la convivialité, la propreté et la sécurité de l’espace, le projet vise à créer un lieu qui reflète l’« identité multiculturelle et multigénérationnelle », peut-on lire dans le dossier soumis à l’arrondissement. Caractérisée par une « mixité sociale, culturelle et fonctionnelle », la ruelle est en quelque sorte un microcosme du secteur dense et diversifié du Mile End qui représente « un modèle exemplaire et prometteur de développement multiculturel », insiste le comité vert.

Un feu vert officieux

L’arrondissement du Plateau n’a pas encore confirmé officiellement quels projets ont été approuvés. « Il est encore trop tôt pour annoncer les projets qui seront retenus », indique Michel Tanguay, chargé de communications à l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal qui fait valoir que l’arrondissement doit encore obtenir des approbations de propriétaires, confirmer la propriété de certains terrains et négocier avec les institutions et les résidants affectés par les projets.

Le comité vert de la « ruelle qui vit » dit toutefois avoir eu la confirmation, il y a quelques jours, que le projet a été retenu par le comité de sélection pour la cuvée 2018 des ruelles vertes sur le Plateau.

« C’est avec beaucoup de fébrilité et un enthousiasme certain que nous recevons cette belle nouvelle! Nous avons très hâte à la suite! », s’emballe Émilie Laliberté.

Les plans élaborés par le comité vert prévoient notamment l’ajout de bacs de plantation, l’ajout de motifs au sol aux points d’entrée de la ruelle et au long du parcours vert, la création des saillies végétales, la plantation d’arbres indigènes, l’installation de mobilier urbain communautaire et le remplacement d’une partie de l’asphalte par du pavé perméable. À partir de ces plans préliminaires, les services de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal élaboreront un plan d’aménagement qui doit être présenté au comité vert au début de l’année prochaine et qui sera soumis à l’ensemble du voisinage au printemps.

Vos commentaires
loading...