Publicité

Le Plateau, un ghetto?

Transport
Rue Laurier
Des résidents et commerçants craignent que les mesures d’apaisement de la circulation transforment le Plateau en ghetto. (Photo: Stéphane Desjardins)

«Ça fait 25 ans que j’habite le Plateau. Mais, depuis quelques mois, c’est devenu impossible d’y circuler et je songe à déménager.»

Ces mots d’une résidente ont été répétés des dizaines de fois sur les trottoirs du Petit Laurier ce matin (samedi 30 mai), lors de la «Grève Solidaire» organisée par des résidents, professionnels et commerçants du secteur, contre l’imposition des vignettes de stationnement dans le quartier environnant, comme nous l’écrivions dans un autre texte paru il y a quelques minutes.

«Les élus de l’arrondissement ont une approche dogmatique des questions liées à l’automobile, explique une autre résidente qui n’a pas voulu se nommer. En fait, en multipliant les sens uniques, les entraves sur le mail central du boul. Saint-Joseph, les sens uniques et les détours, les élus ont réussi à éloigner la circulation de transit mais, aussi, les gens qui venaient nous voir. C’est incroyable qu’en 2015, on ait encore des élus qui veulent construire un ghetto en plein coeur d’une grande ville.»

Plusieurs résidents s’inquiètent de voir partir les clients des commerces de la rue Laurier. Plusieurs commerçants rencontrés durant la manif déclarent avoir perdu jusqu’à 30% de leur chiffre d’affaires ces derniers mois. «On habite sur le Plateau pour fréquenter ces commerces, pas pour aller chez Wal Mart. S’ils précipitent leur fermeture, nous déménagerons nous aussi en banlieue», lance un autre résident.

Plusieurs commerçants se sont dit surpris de l’appui des résidents à leur opposition aux vignettes sur la rue Laurier. Certains d’entre eux aimeraient engager un dialogue fructueux avec les élus, spécialement le maire de l’arrondissement, Luc Ferrandez. «Monsieur le maire se dit inquiet pour les commerce de Montréal avec le projet 15/40, dit un employé d’un commerce de la rue Laurier qui n’a pas voulu s’identifier. Avec les vignettes, il a un dossier qui touche directement ses électeurs. C’est concret. Il doit être pragmatique et être à l’écoute.»

Tous les textes sur ce dossier:

Le Petit Laurier en a marre

Le Plateau, un ghetto?

Des artistes à la rescousse

Les élus ouverts au dialogue

Marianne Giguère écrit à ses électeurs

 

Vos commentaires
loading...