Publicité

Conseil d’arrondissement : une séance houleuse

Politique, Vie de quartier
Le maire Ferrandez répond aux critiques des citoyens concernant les mesures d'apaisement de la circulation automobile sur le Plateau.
Le maire Ferrandez répond aux critiques des citoyens concernant les mesures d’apaisement de la circulation automobile sur le Plateau. (photo : Simon Van Vliet)

C’était salle comble à la maison de la culture du Plateau-Mont-Royal lundi pour la séance mensuelle du Conseil d’arrondissement.

La tension était palpable lors de la période de questions du public qui a donné lieu à quelques échanges musclés entre citoyens et élus, notamment au sujet des mesures d’apaisement de la circulation et des nouvelles vignettes de stationnement dans le Petit Laurier. Au lieu des 60 minutes réglementaires, la période de questions a duré près de deux heures.

Période de questions houleuse

Le maire Luc Ferrandez et la conseillère d’arrondissement du district de Lorimier, Marianne Giguère, ont fait l’objet d’un tir nourri de critiques au sujet des nouvelles vignettes de stationnement instaurées récemment dans le Petit Laurier.

Michel Pauzé, résident sur la rue de Brébeuf, a déposé au conseil une pétition de plus de 2000 signatures récoltées depuis le 15 mai demandant le retrait des vignettes 151.

« C’est vraiment porté par les résidents », insiste le citoyen. Dans leurs interventions sur le même sujet, plusieurs autres citoyens, résidents et commerçants confondus, ont abondé dans le même sens en invitant les élus à revenir sur la décision d’ajouter des vignettes.

« La pression sur les espaces de stationnement sur rue est très grande », réitère Marianne Giguère, soulignant que seule une place de stationnement sur huit est affectée par la nouvelle tarification sur l’avenue Laurier Est.

D’autres citoyens ont présenté leurs doléances au sujet des changements de sens des rues.

Après avoir entendu les critiques, le maire Ferrandez s’est montré inflexible. « Notre objectif, c’est l’apaisement de la circulation », tranche-t-il. Aux yeux de l’arrondissement, la tarification du stationnement sur rue s’inscrit dans cette perspective, mais aussi dans celle de répartir la charge fiscale des contribuables locaux sur d’autres bases que sur la seule taxe foncière.

Faits saillants des dossiers décisionnels

La nouvelle politique locale d’inclusion de logements abordables déposée par le conseiller de Ville pour le district du Mile-End, Richard Ryan, a été accueillie par des applaudissements chaleureux du public. La politique vise à faire mieux que la stratégie montréalaise d’inclusion, adoptée en 2005, « qui ne répond pas au contexte et aux besoins locaux », explique le conseiller, qui souligne qu’en raison d’un contexte de spéculation immobilière intense, le Plateau est en proie à une hausse record des valeurs foncières.

Dans la foulée, Richard Ryan a fait retirer de l’ordre du jour du conseil l’adoption du second projet de résolution concernant le projet du 30 Saint-Joseph Est, afin de reprendre les négociations avec le promoteur sur l’inclusion de logements sociaux dans le projet de conversion de l’immeuble.

Christine Gosselin, conseillère d’arrondissement pour le district Jeanne-Mance, a déposé le plan de développement culturel 2015-2025 « Une culture signée Le Plateau », accompagné du plan d’action 2015-2017 en matière de développement culturel. Fruit d’une démarche de réflexion et de consultation échelonnée sur plusieurs années, le plan consacre « la culture comme un secteur d’activité et d’emploi important », affirme la conseillère.

Le conseiller de Ville pour le district Milton-Parc, Alex Norris, a pour sa part annoncé l’implantation de 6 nouveaux panneaux d’arrêt à diverses intersections afin d’assurer une meilleure sécurité pour les cyclistes. Il s’agit selon le conseiller de « l’une des demandes les plus simples et les plus fréquentes » reçues par les élus locaux, mais qu’il est parfois ardu d’y répondre en raison des normes de signalisation routière très restrictives imposées par le gouvernement du Québec.

La conseillère de ville du district de De Lorimier, Louise Mainville, a pour sa part présenté une motion de soutien à l’école publique. Soulignant que les coupures de 200 millions dans les commissions scolaires à l’échelle du Québec auront des impacts locaux sur les services aux élèves dans les écoles du Plateau, notamment en matière d’aide alimentaire, de transport scolaire et de soutien à la persévérance scolaire, en plus d’entrainer des coupures de postes, la conseillère demande au gouvernement provincial de « revoir le plan de compressions » imposé à l’école publique. L’adoption unanime de cette motion a été accueillie par des applaudissements.

Pour plus de détails, vous pouvez consulter les sommaires décisionnels de la séance sur le site de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal. La Web diffusion intégrale du conseil d’arrondissement, assurée par Webtv.coop, vous permet également de visionner en différé la séance du conseil.

Vos commentaires
loading...