Publicité

Situation financière : l’arrondissement fait le point

Politique
Les travaux d'infrastructure sur la piste cyclable de Brébeuf ne font pas l'unanimité.
Les travaux d’infrastructure sur la piste cyclable de Brébeuf ne font pas l’unanimité. (photo : Simon Van Vliet)

Le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, présentait mardi (8 septembre) son rapport sur la situation financière de l’arrondissement.

Le maire a déposé un rapport présentant les résultats financiers 2014 et les derniers investissements réalisés en 2014 dans le cadre du programme triennal d’immobilisation. Une liste des contrats de plus de 25 000 $ est également rendue publique.

Luc Ferrandez en a profité pour décocher une flèche à l’administration Coderre qui impose des compressions annuelles de l’ordre de 800 000 $ au budget du Plateau dans le cadre de la réforme du financement des arrondissements lancée l’an dernier. Malgré tout, l’arrondissement a dégagé un surplus opérationnel de 3,5 millions de dollars sur un budget total d’environ 60 millions, notamment grâce à un contrôle des dépenses et à l’augmentation des revenus autonomes.

Une partie de ces revenus autonomes proviennent de la tarification du stationnement sur rue qui continue de faire débat sur le Plateau.

Fait à noter, les revenus du fonds des parcomètres qui permet de soutenir le développement des artères commerciales ne figurent pas dans le budget, car cette enveloppe est gérée par la Ville centre.

Des surplus accumulés permettront de bonifier les investissements dans le cadre du Programme triennal d’immobilisations (PTI) pour 2015 à 2018. Adopté le 31 août, le PTI prévoit des dépenses d’immobilisations de près de 5 millions de dollars par année à compter de l’an prochain. En 2015, ces sommes seront affectées au programme de réaménagement de parcs (1 200 000 $), au programme de réaménagement d’infrastructures (810 000 $), au programme de réfection routière (600 000 $), au programme de protection de bâtiments (1 335 000 $) ainsi qu’au remplacement d’équipements motorisés (750 000 $).

Les projets visés dans le PTI sont le réaménagement de l’avenue Laurier Est entre le boulevard Saint-Laurent et l’avenue Henri-Julien, les travaux dans le square Saint-Louis ainsi que dans les parcs Laurier, Lhasa-De Sela, Saint-Michel, du Carmel, Villeneuve, De Lorimier et Hutchison-Des Pins, les améliorations du centre Saint-Denis et du centre de loisirs multiethnique Saint-Louis; la poursuite du programme de réfection routière (PRR) et des mesures d’apaisement de la circulation, le remplacement d’équipements motorisés utilisés pour les activités de voirie, de propreté, d’entretien des espaces verts et de déneigement, l’achat du terrain de stationnement du monastère, situé au 4450, de la rue Saint-Hubert, et la construction de 78 saillies à 17 intersections.

Des projets qui font débat

Comme les mesures de tarification du stationnement sur rue, certaines interventions d’aménagement de l’arrondissement suscitent des débats.

« On a vu les choses changer », se réjouissait André Boulanger lors de la séance du conseil de mardi, en affirmant voir la vie familiale s’améliorer sur le Plateau grâce aux mesures d’apaisement de la circulation.

D’autres résidents en avaient contre les travaux entamés cette semaine sur la rue de Brébeuf, entre Saint-Grégoire et Laurier. « C’est du gaspillage de notre argent », s’indignait Michel Pauzé, qui considère inutile la construction d’un muret de béton aux abords de la piste cyclable qui longe le parc Laurier.

Le maire Ferrandez estime pour sa part que cette intervention est nécessaire pour rendre la piste de Brébeuf praticable en hiver afin de consolider le réseau cyclable du Plateau.

Vos commentaires
loading...