Publicité

Élections 2015: les candidats répondent à nos questions (3 de 4): le transport

Politique, Transport
Travaux de creusage lors de la construction du métro en 1963
Les gouvernements investissent au compte-goutte dans le transport en commun. Sur la photo: travaux de creusage du tunnel du métro de Montréal, en 1963. (Photo: Louis-Philippe Meunier, Archives de la Ville de Montréal)

Il y a plusieurs jours, nous avons envoyé un questionnaire détaillé, portant sur plusieurs thèmes chers aux électeurs du Plateau-Mont-Royal, à tous les candidats de la circonscription de Laurier—Sainte-Marie.

Les candidats à l’élection fédérale du 19 octobre prochain devaient réagir à chaque question par une réponse de 100 mots maximum, histoire de ne pas créer de déséquilibre entre les réponses d’un candidat à l’autre et… de ne pas tester vos nerfs de lecteurs!

Quatre thèmes ont été abordés : logement, développement commercial, transport, soutien à l’action communautaire. Aujourd’hui, nous abordons le troisième : le transport. Les réponses seront livrées par ordre alphabétique du nom de famille du candidat. Ont répondu les candidats des partis vert, bloquiste, néo-démocrate, communiste et marxiste-léniniste; pas ceux des partis libéral, conservateur et rhinocéros.

Le transport

Au-delà des débats sur les changements de sens de rues, de la circulation de transit, du stationnement et des vignettes, Ottawa dispose de fonds pour le financement des infrastructures. Et, surtout, pour le transport collectif. Les gouvernements investissent beaucoup dans les autoroutes (pont Champlain, échangeur Turcot) mais moins dans le métro et les voies réservées. Quand on ajoute de l’offre au transport en commun, surtout en banlieue, on réduit d’autant la circulation de transit dans les quartiers centraux, notamment le Plateau, et on facilite le retour à la maison des banlieusards qui viennent faire un détour dans nos boutiques et restos. Et, surtout, on améliore la santé des citoyens.

Quelle est la stratégie de votre parti en matière de développement du transport en commun?

Gilles Duceppe, Bloc Québécois

Afin d’encourager le développement de transport en commun, le Bloc veut rendre remboursable le crédit d’impôt sur l’achat de titres de transport en commun pour inciter encore plus de citoyens à délaisser leur voiture au profit du transport en commun.

Pierre Fontaine, Parti communiste

Nous entendons développer et renforcer substantiellement le transport en commun urbain et en éliminer la tarification. Nous nationaliserions l’industrie automobile et construirions une voiture canadienne la moins polluante possible. Nous développerions la production du transport rapide, notamment le transport ferroviaire à grande vitesse comme meilleure alternative au transport routier et aérien.

Cyrille Giraud, Parti vert du Canada

Les députés verts militeront pour investir dans le système de transports en commun conjointement avec les provinces et les territoires, par une contribution minimale de 25 % du coût total, jusqu’à un maximum de 75 %, lorsque les municipalités mettent en œuvre des politiques pour favoriser la croissance intelligente et prévenir l’étalement urbain. Ce principe prévaudra également lorsque les sociétés de transport instaurent des programmes efficaces conçus pour accroître le nombre d’usagers comme les laissez-passer annuels pour les étudiants, les écopasses pour les quartiers résidentiels, les titres de transport pour les entreprises et l’obligation de desservir les nouveaux développements.

Serge Lachapelle, Parti marxiste-léniniste du Canada

Le transport doit être développé comme un système public de transport et non un business générant des profits. La destruction de service postal public nous montre les dangers qui pointent à l’horizon. La question du transport public touche aussi directement à la protection de notre environnement naturel. Les arrangements pour le transport des personnes dans des grandes villes comme Montréal ou de quartiers doivent avoir comme point de départ les besoins exprimés de la population qui y vit. Le Canada est un grand pays et la capacité d’un individu de participer à tous les aspects de la vie en société (étudiant, travail, vie sociale, sportive et culturelle) ne peut dépendre de ses moyens financiers, mais bien d’arrangements modernes à l’intérieur de la société qui permettent le développement d’un réseau de transport en commun accessible à tous.

Hélène Laverdière, Nouveau parti démocratique

Le développement d’un réseau fiable et rapide de transport en commun représente la meilleure façon de lutter contre la congestion routière et la pollution qu’elle cause. Nous proposons d’investir 1,3 milliard par année pour les 20 prochaines années. Comme chaque municipalité a des priorités qui lui sont propres, elles seront en mesure de planifier les investissements en fonction de leurs priorités.

Entendez-vous donner suite aux demandes répétées d’ouvertures de passages à niveau dans la voie de chemin de fer du Canadien Pacifique entre le Mile-End et La Petite-Patrie?

Gilles Duceppe, Bloc Québécois

Quant à la voie de passage entre le Mile-End la Petite Patrie, le Bloc encourage les parties à en venir à une entente qui sera bénéfique pour les Montréalais. Le Bloc travaillera avec les parties à ce sujet afin que le fédéral contribue à l’aboutissement de plan de développement du passage.

Pierre Fontaine, Parti communiste

Oui, nous soutenons et donnerions suite aux demandes répétées d’ouvertures de passages à niveau dans la voie de chemin de fer du Canadien Pacifique entre le Mile-End et la Petite-Patrie.

Cyrille Giraud, Parti vert du Canada

Oui. Il est de la responsabilité du gouvernement fédéral de répondre aux requêtes des municipalités pour désenclaver certains quartiers coupés en deux par des lignes ferroviaires. Le fait que des centaines de personnes franchissent quotidiennement cette voie malgré l’interdiction dans le but de sauver du temps prouve qu’il y a un besoin manifeste pour la population.

Hélène Laverdière, Nouveau parti démocratique

La politique actuelle de Transports Canada, c’est « le moins de passages possible », au nom de la sécurité, peu importe le contexte. Durant mon mandat, je me suis levée en Chambre et j’ai écrit à la ministre des Transports pour demander des passages à niveau entre Rosemont et le Plateau, sans succès.

L’Office national des transports peut-il ordonner au CP de construire un ou des passages à niveau?

Gilles Duceppe, Bloc Québécois

L’Office national des transports ne peut forcer le CP de construire un passage à niveau avec les procédures et règlements actuels. Le Bloc va travailler à apporter des modifications aux règlements afin que les citoyens puissent voir leurs intérêts pris en compte.

Pierre Fontaine, Parti communiste

Oui, nous croyons que l’Office national des transports peut ordonner au CP de construire plusieurs passages à niveau et piétonniers sur les voies ferroviaires.

Cyrille Giraud, Parti vert du Canada

L’Office des transports du Canada devrait pouvoir trancher sur la question mais un gouvernement fédéral à l’écoute de ses citoyens doit aussi appuyer toute initiative visant à renforcer la Loi sur la sécurité ferroviaire. Il est toujours possible de légiférer afin d’atteindre des standards raisonnables et admissibles pour la population riveraine des voies ferrées : il faut juste de la volonté politique.

Serge Lachapelle, Parti marxiste-léniniste du Canada

Tout comme l’éducation, la santé, la culture, etc., le système de transport et les institutions comme l’Office national des transports et le Canadien Pacifique doivent être sous autorité publique, c’est-à-dire qu’ils doivent être imputables de leurs décisions envers la population.

Hélène Laverdière, Nouveau parti démocratique

Nous voulons revoir la politique du ministère des Transports afin de favoriser la création de nouveaux passages à niveau dans les endroits densément peuplés. Nous demandons aussi de renforcer la politique ministérielle afin que les compagnies ferroviaires aient le devoir de consulter les communautés que leurs installations traversent.

Les autres thématiques de cette série:

Le logement

Le développement commercial

Le communautaire

Vos commentaires
loading...